Économie / Monde

Au Japon, la délinquance sénile fait pire que la délinquance juvénile

Temps de lecture : 2 min

Au pays du Soleil-Levant, la délinquance juvénile est plus faible que celle des personnes âgées. Pas étonnant: plus d’un quart de la population a plus de 65 ans.

Au Japon, la criminalité chez les plus de 65 ans a augmenté de 10% entre 2014 et 2015 (domaine public)
Au Japon, la criminalité chez les plus de 65 ans a augmenté de 10% entre 2014 et 2015 (domaine public)

C’est la première fois depuis 1969 que la criminalité des personnes âgées dépasse celle des adolescents. Selon la Kyodo News Agency Report, 23.000 Japonais de plus de 65 ans ont été interpellés dans la première moitié de l’année 2015, contre seulement 20.000 chez les 14-19 ans.

Alors que la criminalité globale tend à baisser au Japon, celles des plus de 65 ans a augmenté de 10% entre 2014 et 2015. Une statistique étonnante en apparence, mais révélatrice du vieillissement de la population japonaise. Avec 26% de personnes de plus de 65 ans sur une population de 127 millions d’habitants, les conditions sociales des personnes âgées induites par leur nombre permettent d’expliquer cette criminalité. Elles sont seules, se sentent délaissées et sont surtout plus pauvres.

Dépendance

Le problème, pour le Japon, c’est que la tendance n’est pas partie pour s’inverser. Le ministère de la Santé prévoit une part de 40% de personnes âgées en 2060. Sauf que la population ne comptera plus que 87 millions d’habitants. En 2025, on estime le ratio de dépendance à deux personnes à charge pour trois travailleurs. Derrière ces chiffres, le Japon fait face à une problématique en matière d’emploi et, par elle, une possible déstabilisation de son système économique.

Pour l’instant, le Japon fait ce qu’il peut pour s’adapter: face à l’augmentation des personnes âgées dans la population carcérale, les prisons ont aménagé des espaces de gériatrie avec un personnel spécialement formé.

Newsletters

L'être, l'avoir et le pouvoir dans la crise

L'être, l'avoir et le pouvoir dans la crise

Dominique Strauss-Kahn livre son analyse des conséquences économiques et politiques de la crise provoquée par l'actuelle pandémie de Covid-19.

Les États doivent se préparer ensemble à affronter une crise sans précédent

Les États doivent se préparer ensemble à affronter une crise sans précédent

L'absence de coopération entre pays dans la gestion de la pandémie frappant aujourd'hui la planète entière risque de coûter très cher à tout le monde.

La crise du Covid-19 coûte très cher au sport mondial

La crise du Covid-19 coûte très cher au sport mondial

Le report des compétitions ne sera pas sans conséquences économiques. Des petits clubs vont-ils devoir déposer le bilan? Ou ouvrira-t-on la voie à un nouveau modèle plus solidaire?

Newsletters