Partager cet article

La mer se réchauffe et ce n'est pas près de s'arrêter

À la mer | Martin Brigden via Flickr CC License by

À la mer | Martin Brigden via Flickr CC License by

Selon un rapport, la température de l'océan n'a jamais été aussi élevée qu'en 2014. Et les scientifiques estiment que cette tendance est irréversible.

Ils sont quatre-cent-treize scientifiques, venus de cinquante-huit pays, à avoir planché sur le dernier rapport sur l’état du climat, consacré à l’année 2014. Et ils sont formels: les océans n’ont jamais été aussi chauds depuis que l’homme prend la température des profondeurs, selon un article du Guardian.

Avec cette fièvre aquatique (2014 est l’année la plus chaude enregistrée pour les cent-trente-cinq années comptabilisées), viennent un certain nombre de désagréables symptômes. Parmi eux, on compte la montée du niveau de la mer, ainsi que l’augmentation du nombre de cyclones. Le rapport précise que l’année 2014 a vu se lever quatre-vingt-onze tempêtes contre une moyenne de quatre-vingt-deux par an sur les trente dernières années.

Plus inquiétant encore, les scientifiques sont à présent persuadés que, même si les êtres humains parvenaient brusquement, au prix d’efforts drastiques, à bloquer leur émission de gaz à effet de serre au niveau actuel, la tendance actuelle ne pourrait pas s’inverser. L’océanographe Greg Johnson va même plus loin:

«Même en gelant les gaz à effet de serre, la mer continuerait à se réchauffer en fait pour des siècles, voire des millénaires et, comme elle se réchauffe, le niveau de l’eau va continuer à monter.»

Records de chaleur

Dans un article paru sur le site de CTV News, Deke Arndt, engagé dans la mise au point du dossier, est atterré:

«La température de la mer l’an passé était tout simplement grotesque.»

Des poissons tropicaux repérés au large de la côte de l’Alaska

Des poissons tropicaux ont même été repérés au large de la côte de l’Alaska à la belle saison (qui a par ailleurs commencé vingt à trente jours plus tôt que la moyenne du XXe siècle pour la région). En Europe, on n’a pas seulement noté le record de chaleur de l’eau en moyenne mais aussi, ponctuellement, des records de pics de chaleur. Seule la côte est de l’Amérique du Nord a connu un exercice 2014 plutôt frisquet.

L’équipe de scientifiques a utilisé quatre méthodes différentes dans leur enquête: toutes ont établi ces mêmes observations. Un océanographe qui n’a pas participé à la rédaction du rapport a répondu au site de la télévision canadienne. Pour mieux se faire entendre sur ce qu’il faut lire à travers les lignes de ce dossier, il utilise une analogie:

«Prenez ça comme le check-up annuel de la planète. Là, ce que le docteur vous dit c’est la chose suivante: “Vous êtes gravement malade.”»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte