Santé / Sciences

Les Chinois créent du sperme artificiel (et des souris «semi-clonées»)

Temps de lecture : 2 min

La production d’une grande quantité de sperme artificiel de souris de qualité est une découverte encourageante pour la lutte contre les maladies génétiques.

Souris de laboratoire (domaine public)
Souris de laboratoire (domaine public)

En 2012 déjà, Li Jinsong et son équipe produisait pour la première fois une grande quantité de sperme artificiel de souris, mais la qualité de celui-ci laissait à désirer. Menée avec l’Académie chinoise des sciences et l’Institut de Shanghai pour les sciences biologiques, la production de cette année a vu la fertilité du sperme artificiel passer de 2 à 20%.

Ces spermatozoïdes artificiels n’ont pas de queue et ne peuvent pas nager comme les spermatozoïdes naturels. Les scientifiques en charge du projet se sont servis du CRISPR-Cas9 pour les concevoir. Il s’agit d’un outil permettant de modifier plusieurs gènes du spermatozoïde en même temps. Ils ont réussi à reprendre toutes les techniques de création de sperme artificiel à partir de cellules souches déjà existantes –mais toujours inefficaces– et se sont servis d’œufs naturels pour laisser se développer les embryons issus de ce nouveau sperme.

20% d’efficacité

«Nos cellules artificielles peuvent servir à générer une armée de souris semi-clonées avec simplicité et efficacité. Ces souris semi-clonés seront en première ligne dans la lutte contre le cancer et d’autres maladies génétiques», selon le professeur Li Jinsong.

Les souris ainsi créées sont dites «semi-clonées» car 50% de leurs gènes sont générés par le sperme artificiel. Malgré les espoirs de lutte contre des maladies génétiques, Li Jinsong prévient qu’une production de sperme artificiel de masse appliquée aux humains pourrait créer une «crise d’éthique». Selon lui, 20% d’efficacité quand il s’agit d’expérience animales, c’est bien, mais appliqué à l’homme cela représente avant tout 80% d’échec.

Slate.fr

Newsletters

Pour soigner le sida, il faut (aussi) de l'empathie

Pour soigner le sida, il faut (aussi) de l'empathie

Les malades estiment que le personnel médical manque de bienveillance, d'écoute et de pédagogie.

La psychochirurgie ne s'est pas arrêtée au pic à glace

La psychochirurgie ne s'est pas arrêtée au pic à glace

De la très barbare lobotomie aux techniques prometteuses de stimulation cérébrale, la médecine cherche depuis les années 1930 à traiter les maladies mentales en touchant à notre cerveau.

La démence est-elle plus répandue chez les personnes âgées LGBT+?

La démence est-elle plus répandue chez les personnes âgées LGBT+?

Souvent privé·es de recours médical, les seniors LGBT+ développeraient davantage de troubles cognitifs que les hétérosexuel·les.

Newsletters