Partager cet article

Voici ce que l'on sait sur Mohammod Youssuf Abdulazeez, suspect de la fusillade de Chattanooga

Le mugshot de Mohammod Youssuf Abdulazeez après son arrestation pour conduite sous l'emprise de l'alcool, de stupéfiants ou d'autres substances, en avril 2015 | REUTERS/Hamilton County Sheriff's Office

Le mugshot de Mohammod Youssuf Abdulazeez après son arrestation pour conduite sous l'emprise de l'alcool, de stupéfiants ou d'autres substances, en avril 2015 | REUTERS/Hamilton County Sheriff's Office

Les détails de la vie du suspect principal identifié par le FBI sont encore partiels.

Le FBI a identifié le suspect principal de la tuerie de Chattanooga, dans le Tennessee, aux États-Unis, qui a causé la mort de quatre Marines américains et en a blessé plusieurs autres, jeudi 16 juillet. Il s'agit de Mohammod Youssuf Abdulazazeez, un homme de 24 ans. Abdulazeez était sur le radar des agents du contre-terrorisme américain avant la tuerie de ce jeudi.

Les détails sont encore partiels, mais voici ce que l'on sait –ou croit savoir– sur Abdulazeez jusque-là.

Enfance normale

L'enfance d'Abdulazeez, passée dans la banlieue de Chattanooga, où il vivait avec ses parents et ses deux sœurs, semble avoir été normale si l'on se fie aux standards américains. Il portait des jeans, des T-shirts et était poli, se souviennent ses amis et voisins.

Les origines exactes d'Abdulazeez ne sont pas tout à fait claires: un agent fédéral a expliqué au New York Times qu'il était né au Koweït mais était d'origine jordanienne. Son père avait été l'objet d'une enquête «il y a plusieurs années» pour avoir fourni de l'argent à un groupe qui avait peut-être des liens avec le terrorisme, selon le New York Times.

«À un moment, un officiel des autorités a dit que le père était sur une liste des terroristes à surveiller et a été interrogé lors d'un voyage à l'étranger, mais avait ensuite été supprimé de cette liste.»

Sociable et religieux

Naturalisé américain, Abdulazeez avait étudié au lycée et à la fac à Chattanooga, dont il était ressorti avec un diplôme en ingénierie électrique en 2012. «Au lycée, Abdulazeez était un étudiant intelligent et sociable qui penchait plus vers les sciences et les matchs et qui possédait un sens de l'humour pointu», a raconté au Los Angeles Times Terry Jones, un ingénieur en génie électrique qui vit désormais à Knoxville, dans le Tennessee, et qui dit avoir été l'un des amis les plus proches d'Abdulazeez quand ils étaient adolescents.

Un étudiant intelligent qui possédait un sens de l'humour pointu

Terry Jones,proche ami d'Abdulazeez à l’adolescence

«Abdulazeez était très religieux, il faisait ses cinq prières par jour, et le jeûne pendant le Ramadan, selon Jones, qui ne l'a jamais vu boire d'alcool, fumer des cigarettes, ou prendre de la drogue.»

Les amis et camarades d'Abdulazeez dressent le portrait d'un jeune homme sociable, agréable et actif dans la vie de l'école. Il faisait partie de l'équipe de lutte. En-dessous de ce qui semble être l'album de sa promotion de terminale, Abdulazeez avait inséré cette citation:

«Mon nom déclenche des alertes de sécurité nationale. Et le tien, il fait quoi?»

Changement d’apparence

On en sait moins sur la vie d'Abdulazeez après la fac et l'état qui l'a poussé à commettre la tuerie de ce jeudi. «Un CV en ligne indique qu'il avait récemment occupé un poste d'“ingénieur approvisionnement” chez Global Trade Express», selon le Washington Post. En avril, Abdulazeez a été arrêté pour conduite sous l'emprise d'alcool ou de stupéfiant, mais selon les archives publiques, cela a été sa seule mésaventure avec la loi.

Aucune indications qu’il puisse se montrer violent

Abdulazeez avait un blog, sur lequel SITE Intelligence Group, une organisation qui suit l'activité des groupes terroriste en ligne, a trouvé deux posts liés à l'islam«Dans un article posté un peu plus tôt ce mois-ci, Abdulazeez avait écrit “La vie est un test de la foi”, [selon SITE] qui décrit la citation comme une “aspiration au paradis”», remarque le Washington Post.

Des photos récentes d'Abdulazeez postées sur des profils Facebook de membres de sa famille montrent qu'il avait commencé à se laisser pousser la barbe, en contraste avec l'image soignée présentée jusqu'ici. Malgré le changement d'apparence, le Post indique que «des amis qui disent avoir été récemment en contact avec Abdulazeez expliquent qu'ils n'ont vu aucune indication qu'il puisse se montrer violent».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte