Égalités / Sciences

Une université anglaise tient des réunions dans des clubs «réservés aux hommes»

Temps de lecture : 2 min

L’«engagement en faveur de l'égalité des sexes» de l’University College London semble s’arrêter à la porte de clubs pour gentlemen.

Le  Savile Club, un autre club pour hommes à Londres | Savile Club via Wikipedia CC License by

Vous vous souvenez de l’affaire Tim Hunt? Ce Prix Nobel de médecine avait affirmé qu’il n’aimait pas avoir des femmes dans son laboratoire, parce que, sinon, «elles tombent amoureuses de vous et, quand on se met à les critiquer, elles pleurent». Il avait ensuite démissionné, ce dont s’était réjouie son université, l’UCL (University College London) dans un communiqué, soulignant que cette démission était en accord avec son «engagement en faveur de l'égalité des sexes».

Mais voilà que l’on apprend que l’université en question tient des dîners «réservés aux hommes» («men only»). Plus précisément, l’institution aurait organisé des dîners au cours des deux années précédentes dans un club londonien interdit aux femmes, le «Garrick club».

Sexisme

Des femmes scientifiques ont déclaré au journal Times trouver le choix de cet endroit «étrange» pour réunir des universitaires. Un des organisateurs de ces réunions scientifiques a nié tout sexisme avec un argument pour le moins étonnant:

«J’aime les femmes».

Le «Garrick club» avait défrayé la chronique de la presse locale il y a quelques semaines après avoir organisé un vote sur cette question de la mixité, qui s’est soldé par la perpétuation de cette tradition sexiste, faute de réunir la majorité des deux tiers exigée, et bien que plus de la moitié des votants se fût déclarée en faveur d’une ouverture aux femmes. Pas sûr que ces clubs centenaires pour la plupart subsisteront toujours dans cette forme dans quelques années...

Newsletters

Envie d'être un (vrai) allié LGBT+? Voici ce que vous devez faire

Envie d'être un (vrai) allié LGBT+? Voici ce que vous devez faire

Dans la lutte contre les discriminations, les alliés jouent un rôle essentiel. Mais s'affirmer comme tel ne suffit pas: il faut des actes.

«Ébouriffant·e·s», la BD d'anticipation dont les poils sont les héros

«Ébouriffant·e·s», la BD d'anticipation dont les poils sont les héros

Adeline Rapon et Émilie Gleason imaginent un futur proche dans lequel le poil est si libre qu'on ouvre des salons dans lesquels il est sublimé au lieu d'être ratiboisé.

Deux sœurs, trois ans et quarante-et-un jours: guide de survie à Auschwitz-Birkenau

Deux sœurs, trois ans et quarante-et-un jours: guide de survie à Auschwitz-Birkenau

Rena et Danka sont au nombre des déportés ayant vécu le plus de temps dans le camp. Rena fut la première des «999 oubliées» à partager, soixante ans plus tard, son histoire inouïe.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio