Égalités / Sciences

Une université anglaise tient des réunions dans des clubs «réservés aux hommes»

Temps de lecture : 2 min

L’«engagement en faveur de l'égalité des sexes» de l’University College London semble s’arrêter à la porte de clubs pour gentlemen.

Le  Savile Club, un autre club pour hommes à Londres | Savile Club via Wikipedia CC License by

Vous vous souvenez de l’affaire Tim Hunt? Ce Prix Nobel de médecine avait affirmé qu’il n’aimait pas avoir des femmes dans son laboratoire, parce que, sinon, «elles tombent amoureuses de vous et, quand on se met à les critiquer, elles pleurent». Il avait ensuite démissionné, ce dont s’était réjouie son université, l’UCL (University College London) dans un communiqué, soulignant que cette démission était en accord avec son «engagement en faveur de l'égalité des sexes».

Mais voilà que l’on apprend que l’université en question tient des dîners «réservés aux hommes» («men only»). Plus précisément, l’institution aurait organisé des dîners au cours des deux années précédentes dans un club londonien interdit aux femmes, le «Garrick club».

Sexisme

Des femmes scientifiques ont déclaré au journal Times trouver le choix de cet endroit «étrange» pour réunir des universitaires. Un des organisateurs de ces réunions scientifiques a nié tout sexisme avec un argument pour le moins étonnant:

«J’aime les femmes».

Le «Garrick club» avait défrayé la chronique de la presse locale il y a quelques semaines après avoir organisé un vote sur cette question de la mixité, qui s’est soldé par la perpétuation de cette tradition sexiste, faute de réunir la majorité des deux tiers exigée, et bien que plus de la moitié des votants se fût déclarée en faveur d’une ouverture aux femmes. Pas sûr que ces clubs centenaires pour la plupart subsisteront toujours dans cette forme dans quelques années...

Slate.fr

Newsletters

Aux États-Unis, la question de l'antisémitisme fait imploser la Women's March

Aux États-Unis, la question de l'antisémitisme fait imploser la Women's March

Deux ans après sa première manifestation, le mouvement se divise. En cause, le refus de l'une des fondatrices de condamner les propos antisémites et homophobes du leader de Nation of Islam.

Depuis les protestations lors de l’hymne américain, les joueurs noirs de NFL sont moins aimés par les fans blancs

Depuis les protestations lors de l’hymne américain, les joueurs noirs de NFL sont moins aimés par les fans blancs

Chaque année, une étude évalue la popularité des stars de la ligue de football américain.

Merci Gillette pour ta pub, on en avait vraiment besoin

Merci Gillette pour ta pub, on en avait vraiment besoin

«Les garçons qui regardent aujourd’hui sont les hommes de demain.»

Newsletters