Partager cet article

«Merkel caresse»: la froideur de la chancelière indigne les Allemands

Le manque d’empathie affiché par la chancelière allemande face à une jeune réfugiée menacée d’expulsion a déclenché une vague d'indignation sur les réseaux sociaux.

La vidéo circule depuis ce matin sur les réseaux sociaux, accompagnée de commentaires indignés sur l'attitude de la chancelière allemande. Invitée à débattre avec une trentaine d'élèves d'un lycée de Rostock sur le thème «bien vivre en Allemagne», Angela Merkel a été interpelée par une jeune palestinienne originaire du Liban prénommée Reem, dont la famille, réfugiée depuis quatre ans en Allemagne, a récemment été menacée d'expulsion. Souriante, souveraine, elle explique dans un allemand quasi-parfait que cette situation la «tourmente beaucoup»:

«J'aimerais étudier, c'est vraiment mon souhait et un but que je voudrais vraiment atteindre, c'est ça, c'est vraiment très dur de voir comment les autres peuvent vraiment profiter de la vie et comment soi-même on ne peut pas en profiter aussi.»

Réponse d'Angela Merkel, debout face aux lycéens:

«Hmm. Je le comprends mais je dois aussi pourtant, c'est parfois dur en politique, quand tu es là en face de moi, tu es une personne absolument sympathique, mais tu sais aussi que dans les camps de réfugiés palestiniens au Liban, il y a aussi des milliers et des milliers de gens... Et si nous disons maintenant “vous pouvez tous venir et vous pouvez tous venir d'Afrique et vous pouvez tous venir”, ça, ça nous n'en avons pas les capacités. Nous sommes aujourd'hui tiraillés et la seule réponse que nous donnons, c'est: “Il ne faut plus que cela continue à durer si longtemps jusqu'à que les décisions soient prises.” Mais certains aussi devront repartir.»

Quelques instants plus tard, la jeune fille se met à pleurer. Angela Merkel s'en rend compte, s'interrompt, s'avance vers la jeune fille en souriant et lui dit, en caressant l'épaule:

«Tu as très bien fait.»

#merkelstreichelt

Ce à quoi le présentateur du débat répond du tac au tac:

«Je ne crois pas, Madame la chancelière, qu'il s'agisse de bien faire mais d'une situation très pesante...»

Réponse d'Angela Merkel, lui coupant la parole:

«Je sais qu'il s'agit d'une situation pesante et c'est pourquoi je souhaite quand même la caresser parce que je [se tournant vers la jeune fille], parce que nous ne voulons pas vous placer dans de telles situations et parce que tu es dans une situation difficile et parce que tu as très bien exposé pour beaucoup d'autres gens dans quelle situation on peut se retrouver, n'est-ce pas?»

Réactions piquantes et détournements

Le pathétique de la scène et la froideur affichée par la chancelière allemande ont eu tôt fait de déclencher une vague d'indignation sur les réseaux sociaux, Twitter en tête, où des centaines de tweets ont été publiés sous le hashtag #merkelstreichelt (Merkel caresse). Les sites des quotidiens Süddeutsche Zeitung, Frankfurter Allgemeine Zeitung et de l'hebdomadaire Der Spiegel publient chacun leur sélection des réactions les plus piquantes et des détournements les plus drôles.

Parmi ces derniers, on retiendra un photomontage montrant Angela Merkel caressant l'épaule du Premier ministre grec Alexis Tsipras avec pour commentaire «La crise grecque est réglée!», une vieille photo sortie de derrière les fagots sur laquelle on peut voir la chancelière caressant un koala lors d'une visite officielle avec la mention «les problèmes écologiques sont réglés».

Le célèbre blogueur allemand Sascha Lobbo publie lui la photo d'une disquette dont l'étiquette précise: «Angela Merkel – ses prestations pleines d'empathie (1992-2015)».

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte