Partager cet article

Les personnes qui ont souffert ne sont pas les plus compatissantes (au contraire)

Hugs are Healing | ganeshaisis via Flickr CC License by

Hugs are Healing | ganeshaisis via Flickr CC License by

Avoir vécu des moments difficiles peut conduire à juger plus sévèrement (voire à mépriser) ceux qui ne parviennent pas à faire face à ces mêmes épreuves.

«Avoir souffert rend tellement plus perméable à la souffrance des autres.» N'en déplaise à l'abbé Pierre, les personnes malmenées par la vie ne sont pas systématiquement celles qui font preuve de plus de compassion.

Les expériences de chercheurs de l'université américaine de Northwestern montrent au contraire que les personnes qui ont vécu des moments difficiles ont tendance à juger plus sévèrement ceux qui sont en lutte avec ces mêmes problèmes ou qui se montrent incapables d'y faire face. 

Ils ont testé la compassion d'un groupe d'adultes à travers une série de cinq expériences. Dans la première, ils annonçaient à un groupe de personnes qui avaient participé à un plongeon dans un lac glacé la réaction d'un homme appelé Pat, qui, au dernier moment, à cause du froid, avait annulé le plongeon. «Poule mouillée!» a été –à peu de chose près– la réaction de ceux ayant réussi le plongeon, contrairement à ce pauvre Pat.

Les plus martyrisés deviennent les plus méprisants 

Dans une autre étude, 323 participants en ligne ont évalué un adolescent qui avait, selon les cas, fait face aux intimidations dont il était victime ou avait échoué à les affronter. 

Les personnes qui avaient elles-mêmes été martyrisées à l'école se montraient plus compatissantes envers celui qui y avait su y faire face, comparées aux personnes qui n'avaient jamais vécu ces expériences. Mais elles ont fait beaucoup moins preuve d’empathie envers le sort de l'adolescent qui avait mal réagi à ces intimidations.

Pourquoi? Beaucoup de gens ne se souviennent pas vraiment de la détresse émotionnelle par laquelle ils sont passés. Et, parce qu'ils ont finalement surmonté ces difficultés, ils considèrent qu'il s'agit d'un événement de la vie dont on peut facilement triompher. Ils finissent ainsi par se montrer méprisants envers ceux qui ne parviennent pas à relever ces mêmes défis.

La compassion, un art qui se travaille

Au-delà de la croyance populaire que ces résultats remettent en cause, les chercheurs s'inquiètent de l'efficacité de certaines structures, par exemple celles qui mettent en relation des anciens toxicomanes et des personnes qui se battent avec leur addiction.

Peut-être que faire un bout de chemin dans les baskets de quelqu'un d'autres ne suffit finalement pas à combattre les souffrances d'autrui. En ce sens, la compassion est plutôt une capacité qui se travaille et dont on doit prendre conscience afin de la développer.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte