Partager cet article

La condamnation de l'ancien comptable d'Auschwitz est l'arbre qui cache la forêt

Oskar Gröning, ancien officier nazi et comptable du camp d’Auschwitz, a été condamné à Lunebourg (Allemagne) le 15 juillet 2015 | REUTERS/Axel Heimken/Pool

Oskar Gröning, ancien officier nazi et comptable du camp d’Auschwitz, a été condamné à Lunebourg (Allemagne) le 15 juillet 2015 | REUTERS/Axel Heimken/Pool

Le sort qui a été réservé par la justice allemande à l’ancien SS Oskar Gröning est exceptionnel. L'écrasante majorité des criminels nazis n’a jamais été condamnée.

L'ancien comptable du camp de concentration d'Auschwitz, Oskar Gröning, 94 ans, a été condamné aujourd'hui par le tribunal de Lunebourg à quatre ans de prison ferme pour complicité dans le meurtre de 300.000 juifs. Une condamnation tout à fait exceptionnelle quand on la compare au sort réservé à l'écrasante majorité des criminels nazis par la justice allemande depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, rappelle le quotidien bavarois Süddeutsche Zeitung.

Sur les 172.294 criminels présumés sur lesquels la justice de la République fédérale allemande a enquêté entre 1945 et 2005, seuls 6.656 ont été condamnés. Un fiasco judiciaire qui s'explique en partie parce qu'après la guerre la machine judiciaire allemande était truffée d'anciens nazis:

«Il y avait d'innombrables obstacles à dépasser. Il fallait trouver les preuves et les témoins, ce qui représentait une tâche difficile après le chaos laissé par la guerre puis durant la Guerre froide. Et cela manquait d'énergie: au début, c'était les mêmes personnes que sous le nazisme qui occupaient les plus hauts postes de l'appareil judiciaire. Beaucoup d'entre elles ont mené ce travail à contre-cœur."

Faibles condamnations et peines légères

À ces difficultés de départ s'est ajouté au fil des ans un manque d'intérêt croissant pour la traque des criminels nazis au sein de la population allemande:

«En 1969, environ 70% des citoyens voulaient tourner la page.»

Non seulement la plupart des criminels nazis sont parvenus à échapper à la justice, mais ceux qui ont été condamnés ont écopé la plupart du temps de peines légères:

«La plupart des condamnations (environ 60%) ont abouti sur des peines de prison allant jusqu'à un an. Seules 9% des peines de prison dépassaient cinq ans.»

En 2014, lorsque les autorités allemandes ont mené une vague de perquisitions chez une trentaine d'anciens SS du camp de concentration d'Auschwitz, parmi lesquels figurait Oskar Gröning, l'hebdomadaire Der Spiegel avait calculé quel serait le pourcentage des anciens employés du camp condamnés par la justice allemande si l'ancien comptable et un ancien gardien du camp, contre lequel les poursuites ont entre temps été abandonnées, étaient eux aussi à leur tour jugés coupables: 0,48%.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte