Culture

Marvel rend hommage au hip-hop en détournant des pochettes d'albums

Temps de lecture : 2 min

Le célèbre éditeur de comics a sorti une série de couvertures inspirées par des albums de chanteurs de hip-hop.

«Long Live A$AP» de A$AP Rocky et Le Faucon/Captain America, par Mahmud Asrar
«Long Live A$AP» de A$AP Rocky et Le Faucon/Captain America, par Mahmud Asrar

Il y a quelques mois, Marvel reprenait le logo présent sur les pochettes des deux premiers excellents albums du groupe de hip-hop américain Run The Jewels pour le faire figurer sur la couverture de deux de ses comics: le #2 de Howard the Duck et le #45 de Deadpool.

Le célèbre éditeur de comics a décidé de ne pas s'arrêter en si bon chemin. Comme le rapporte Pitchfork, «il rend désormais hommage à encore plus de géants du hip-hop avec une série de couvertures inspirées par des albums classiques et plus contemporains».

On y retrouve les pochettes détournées d'albums du Wu-Tang Clan, de Notorious B.I.G., de Dr. Dre, Lauryn Hill ou encore A$AP Rocky et Tyler, The Creator.

The Chronic, de Dr. Dre, et Dr. Strange par Juan Doe

Paid in Full, de Eric B. & Rakim, et Spider-Man et Deadpool par Dave Johnson

Ready to Die, de The Notorious B.I.G., et Ant-Man, par Mark Brooks

Onze sont disponibles pour l'instant, rapporte The Verge, mais au total ce sont une cinquantaine qui doivent arriver en octobre, selon le rédacteur en chef de Marvel, Axel Alonso.

Slate.fr

Newsletters

Enfant, je redoutais la fin de «Quitte ou double» présentée par Zappy Max

Enfant, je redoutais la fin de «Quitte ou double» présentée par Zappy Max

Inévitablement liée au souvenir sonore de son «Quitte ou double» lancé avec enthousiasme, la mort de l'animateur éveille en moi un autre et terrible souvenir.

Tolkien ne serait pas devenu Tolkien sans Oxford

Tolkien ne serait pas devenu Tolkien sans Oxford

J. R. R. Tolkien a passé cinquante ans à Oxford. Le biopic de l'écrivain, en salle ce 19 juin, revient sur ses années d'étudiant dans la cité universitaire, décisives dans l'invention de son univers.

Avec «Le Daim», à délirant, délirante et demie

Avec «Le Daim», à délirant, délirante et demie

Le nouveau film de Quentin Dupieux fabrique une fable absurde autour d'un serial killer obsessionnel et givré, invention nourrie d'une autre folie moins improbable, la pulsion créatrice.

Newsletters