Partager cet article

Voici la vidéo que la police américaine ne voulait pas que vous voyiez

Policier en mission | Chris Yarzab via Flickr CC License by

Policier en mission | Chris Yarzab via Flickr CC License by

Cette vidéo montre trois policiers américains abattre un homme non armé en 2013.

Une vidéo, rendue publique par décision de justice le 14 juillet et relayée notamment par le L.A. Times, relance le débat autour des bavures policières aux États-Unis. Les faits remontent à deux ans. Le 2 juin 2013, une voiture de la police de Gardena, près de Los Angeles, reçoit un appel. La centrale apprend aux agents présents dans le véhicule qu’un vol a été commis du côté d’une pharmacie. C’est un vélo qui a été dérobé mais, dans un premier temps, la radio annonce un braquage, ce qui laisse suspecter que les auteurs étaient armés.

Plus tard, la voiture de police arrête des hommes à vélo. L’habitacle est équipé de caméras qui filment la scène. Parmi les hommes présents à l’image, on compte Ricardo Diaz Zeferino. Pendant que ses deux voisins restent immobiles, les mains en l’air, Zeferino lève et baisse alternativement les bras, ce qui rend les agents nerveux. Pour mieux montrer qu’il n’est pas armé, il s’avance. Il retire alors sa casquette et son bras droit est un moment moins visible. C’est à ce moment que les trois policiers font feu et le tuent, le touchant huit fois. Un autre homme a lui aussi été atteint mais s’est remis par la suite de ses blessures.

Attention, la vidéo qui suit est très violente et peut choquer.

 

Caractère informatif

Selon les angles adoptés pour suivre la scène, difficile de dire si les policiers pouvaient vraiment penser que Zeferino allait dégaîner une arme ou non. Aucun des trois hommes n’était d’ailleurs impliqué dans la disparition du vélo. Proches de la victime du vol, deux d’entre eux avaient enfourché leur propre bécane pour partir à la poursuite du voleur. Ils avaient été ensuite rejoints par Ricardo Diaz Zeferino, frère de l’individu ayant perdu sa bicyclette.

Si les policiers n’ont pas été poursuivis, la ville de Gardena s’est, elle, retrouvée sur le banc des accusés. Craignant l’effet de la vision des images tournées par les caméras de la voiture sur l’opinion, la ville a réglé le litige en versant 4,7 millions de dollars à la famille de la victime et à son ami blessé. Quand le juge Wilson a récemment parlé de rendre publique la vidéo car il estimait que celle-ci revêtait un caractère informatif pour la population, l’argument des avocats de la ville a d’abord été celui de l’argent versé. Une parade contre-productive, qui n’a fait qu’accroître l’intérêt du public.

Cette vidéo s'inscrit dans un contexte où les actions policières sont scrutées outre-Atlantique après la mort sous les balles ou les coups de la maréchaussée américaine de plusieurs individus non armés.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte