Partager cet article

En 2008, un rapport taxait Myspace et Second Life de nids à djihadistes

Impression écran du rapport de la UWAC, publié en 2008.

Impression écran du rapport de la UWAC, publié en 2008.

Avant même l’avènement de Facebook, un rapport américain mettait en garde contre les «dangers» des sites communautaires.

Avec les récents attentats en France et l’avènement du groupe Daech, certains politiques soulignent le rôle joué par les réseaux sociaux dans le recrutement de futurs djihadistes. Facebook par exemple permet à certains jeunes de contacter les forces djihadistes et Twitter recèle plusieurs milliers de comptes faisant la propagande du régime.

Mais ces critiques à l’égard du Web et de ses sites communautaires ne sont pas nouvelles. Elles datent même d’avant l’ère Facebook. Le site Muckrock, qui aide les internautes dans leurs requêtes de documents gouvernementaux, a ressorti un rapport daté de 2008 qui trouve un écho particulier l’actualité.

Financé par l’armée américaine, l’Urban Warfare Analysis Center (UWAC) a publié «Comment un garçon est devenu un martyr: les dangers de la technologie web 2.0» pour mettre en cause les sites Myspace (un réseau social) et Second Life (un monde virtuel disponible en ligne).

De l’avatar au kamikaze

Pour appuyer leurs propos, les auteurs du rapport ont écrit un scénario assez surréaliste et inventé le profil d’un adolescent de Détroit, introverti et perdu, trouvant du confort sur Internet. Et c’est à cause de Myspace et Second Life, selon le rapport, qu’il va sombrer dans le djihad. Pete, c’est son nom, reçoit un jour une invitation Myspace d’un certain «Jafar», un djihadiste vivant au Liban. L’homme va alors profiter des frustrations de l’adolescent et le pousser vers l’islam radical. Il invite ensuite Pete à créer un avatar sur le site Second Life, ce monde virtuel où il se donne l’apparence d’une personne vivant au Moyen-Orient.

Les auteurs expliquent que Jafar va alors manipuler Pete grâce à plusieurs comptes et le mettre en contact avec des djihadistes vivant près de Détroit. Se «sentant comme un champion», Pete va alors décider de mener une attaque dans un stade de basketball (celui des Pistons de Détroit). Après un entraînement virtuel sur Second Life, le jeune homme se fera exploser dans le stade avec d’autres recrues de Jafar, tuant plus d’une centaine de personnes.

Dans les dernières lignes de ce scénario imaginaire, on peut lire que Jafar est déjà en train de pister d’autres jeunes sur Myspace. Sa prochaine cible s’appelle Tom, un jeune californien de 15 ans qui s’intéresse beaucoup à l’histoire de Pete...

Le site Muckrock souligne que l'étrange rapport «ne propose pas de solutions ou d’évaluation de sa faisabilité, mais offre seulement le “compte rendu fictif de comment une jeune personne aux États-Unis pourrait devenir un kamikaze pour un groupe islamiste extrémiste“».

Depuis sa création en  2006, l’Urban Warfare Analysis Center a publié d’autres rapports sur les «mondes virtuels» comme Second Life avant de fermer définitivement ses portes

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte