Tech & internet

Google avait laissé des données sur le droit à l'oubli dans son code source

Temps de lecture : 2 min

Le Guardian a mis la main sur plus de 75% des demandes de suppression de liens vers des pages internet comportant des données personnelles, ce que Google avait toujours refusé de rendre public.

Google Paul Downey via Flickr CC License by
Google Paul Downey via Flickr CC License by

Jusqu'à aujourd'hui, quand on parlait des demandes sur le droit à l'oubli, on n'avait que les informations que Google voulait bien fournir. Depuis mai 2014 et l'arrêt de la Cour de justice européenne, tout citoyen européen peut demander au géant du Web «la suppression de liens vers des pages internet comportant des données personnelles “inappropriées, hors de propos ou qui n'apparaissent plus pertinentes” dans les résultats de recherche associée à leur nom», comme le rappelait en septembre dernier Le Figaro.

Mais, ce 14 juillet, le Guardian a légèrement changé la donne. Lors de recherches, le quotidien britannique a mis la main sur plus de 75% des demandes de suppression, que Google avait toujours refusé de rendre publiques. Elles étaient cachées dans le code source du rapport de transparence de Google.

«Les données ont été trouvées lors d'une analyse de versions archivées du rapport de transparence de Google et détaillent l'analyse numérique de chaque demande et le lien associé par pays et le sort réservé à cette demande. Ce code source a depuis été mis à jour pour supprimer ces détails.»

Mis à jour, oui, mais pas avant que le Guardian n'ait pu faire avec ce qu'il en voulait. Les informations datent du 23 mars 2015. 218.320 demandes avaient alors été envoyées. Plus de 95% d'entre elles ont pour objectif la suppression de liens menant à des «informations personnelles privées». Il existe quatre autres catégories: «crimes importants», «politique», «personnes publiques» et «protection des enfants».

Déréférencement

Pour la France, les chiffres se répartissaient ainsi:

Informations personnelles privées: 44.397 (98%)

Crimes importants: 256 (1%)

Politique: 224 (0%)

Personnalités publiques: 191 (0%)

Protection des enfants: 102 (0%)

55%

Le ratio d’acceptation des demandes de suppression émises par des Français de liens pointant vers des des données personnelles

Le Guardian indique que, dans trois pays seulement, les demandes pour les informations personnelles privées tombaient sous la barre des 90%: l'Italie (85%), la Roumanie (87%) et la Hongrie (88%). En Italie les demandes pour les «crimes importants» atteignent 12% du total.

En général, un peu moins de la moitié (46%) sont acceptées. Pour les quatre dernières catégories, les chiffres tombent à 17%, 23%, 22% et 18%. La citoyens français sont parmi ceux qui obtiennent ce qu'ils souhaitent le plus souvent puisqu'avec 55% des demandes acceptées ils ont le meilleur ratio européen.

Pour rappel, les liens déréférencés ne sont plus disponibles seulement si on tape le nom de la personne. Ils ne sont donc pas totalement bannis par le moteur de recherche. On peut toujours y accéder en tapant d'autres mots-clés.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Par ailleurs, les liens ne sont supprimés que dans les versions européennes du moteur de recherche, comme google.fr, google.it ou google.de.

Newsletters

Sans façades ni limites: ce musée virtuel porté par la blockchain illustre l'avenir d'internet

Sans façades ni limites: ce musée virtuel porté par la blockchain illustre l'avenir d'internet

Les cerveaux derrière le musée imaginé pour héberger l'œuvre digitale de Beeple à 69 millions de dollars révèlent en exclusivité pour Slate.fr les fondations du projet qui pourrait modifier notre rapport à l'art –et l'avenir du web.

«On a inventé le crypto-communisme»: les acheteurs du NFT à 69 millions nous livrent leurs confidences

«On a inventé le crypto-communisme»: les acheteurs du NFT à 69 millions nous livrent leurs confidences

Dans leur premier entretien avec un média français, les fondateurs de Metapurse évoquent le tourbillon «post-Beeple», leurs ambitions pédagogiques, leur musée virtuel (et remercient Mark Zuckerberg d'avoir agité le drapeau du métavers).

Comment utiliser les réseaux sociaux sans bousiller sa santé mentale

Comment utiliser les réseaux sociaux sans bousiller sa santé mentale

Ça va être difficile, mais c'est pour votre bien.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio