Égalités / Santé

Les femmes qui ont avorté ne le regrettent presque jamais

Temps de lecture : 2 min

Un test de grossesse janineomg via Flickr CC License by
Un test de grossesse janineomg via Flickr CC License by

Aux Etats-Unis, le droit à l'avortement est sans cesse remis en cause. Rien qu'au premier trimestre 2015, rappellait Libération en avril dernier, 53 textes restreignant l’accès à l’IVG ont été approuvés par des chambres législatives et 9 ont été effectivement mis en place.

Dans ces conditions, cette nouvelle étude consacrée à l'avortement et rapportée par le Time ne peut être qu'une bonne nouvelle pour les pro-choice: pratiquement ayant eu un avortement ne le regrette par la suite. Cette conclusion, précise le magazine, menée au CHU de San Francisco, arrive après des recherches qui ont duré trois ans, et porté sur 670 femmes de tous milieux sociaux.

«Evidemment, éprouver des sentiments de culpabilité ou de regret, dans la période qui suit immédiatement l'avortement, ne constitue pas un problème de santé mentale; en fait, de telles émotions sont une part normale d'une prise de décision de vie importante, que beaucoup de femmes de l'étude trouvent difficile», selon l'étude.

Or l'idée selon laquelle les femmes qui ont choisi d'avorter le regrettent ensuite est un argument sans cesse employé par les mouvements luttant contre le droit à l'avortement.

Des sites internet regroupent des témoignages de femmes exprimant leurs regrets; dans les manifestations «pro-life», des panneaux hissent le regret comme argument massue.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Surtout, la législation restreignant le droit à l'avortement aux Etats-Unis se sert des supposées conséquences psychologiques pour imposer un parcours du combattant aux femmes souhaitant avorter. Le site libéral américain ThinkProgress.org note ainsi qu'aux Etats-Unis, «sept Etats ont des lois imposants des consultations imposant aux femmes enceintes de recevoir des informations sur les conséquences psychologiques négatives de l'avortement, avant d'avoir le droit d'y recourir. Certaines brochures mentionnent spécifiquement un "syndrome de stress post-avortement traumatique", un trouble qui n'est pas reconnu par l'Association américaine de psychiatrie».

Newsletters

Le commerce équitable combat aussi les inégalités de genre

Le commerce équitable combat aussi les inégalités de genre

Autant à travers ses standards qu’avec la mise en place de programmes dédiés, le mouvement Fairtrade/Max Havelaar se bat activement contre les inégalités de genre et promeut l’empowerment des productrices et des travailleuses agricoles dans le monde.

Le premier convoi juif vers Auschwitz, l'officier nazi et sa captive: histoire vraie d'un amour tabou

Le premier convoi juif vers Auschwitz, l'officier nazi et sa captive: histoire vraie d'un amour tabou

Des 999 premières femmes envoyées à Auschwitz, seules 22 ont survécu. L'une d'elles a été sauvée par la passion interdite d'un SS. À quel prix?

LGBTphobie: les discriminations ont la vie dure (mais des solutions existent)

LGBTphobie: les discriminations ont la vie dure (mais des solutions existent)

À l'occasion de la journée mondiale de la lutte contre l'homophobie et la transphobie, la Commission nationale consultative des droits de l'homme publie un rapport dans lequel elle émet des propositions pour améliorer le quotidien des personnes LGBT+.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio