Culture / Monde / France

François Hollande se prend pour Jerry Maguire

Temps de lecture : 2 min

Comme l'ont rapporté tous les médias ce mardi 14 juillet, François Hollande a raconté lors de son traditionnel entretien de la fête nationale le déroulé des discussions qu'il a eues avec le premier ministre grec Alexis Tsipras, au lendemain du référendum.

Il a raconté notamment:

«Je lui ai dit: 'Maintenant, tu es plus fort dans ton pays, c'est sûr avec ce référendum, mais tu es plus faible en Europe. Est-ce que vous voulez rester ou pas dans la zone euro? Si vous voulez rester, vous devez donner des preuves. La France vous soutiendra, mais vous devez donner des preuves'»

Et plus loin:

«Je lui ai donné cette formule: 'Aide-moi à t'aider, aide la France à aider la Grèce'»

Le président français se souvient-il que cette formule –«Aide-moi à t'aider»– est devenue culte grâce au film de Cameron Crowe: Jerry Maguire? Elle est prononcée par le héros éponyme (joué par Tom Cruise). Il est agent de sportif et n'a plus qu'un seul client: Rod Tidwell (Cuba Gooding Jr.). Il essaie de le convaincre de lui faire confiance et de suivre ses recommandations. Voilà la scène –à vous d'imaginer le visage de François Hollande à la place de celui de Tom Cruise, et Tsipras à la place de Cuba Gooding Jr– et de vous souvenir qu'à la fin Rod devient riche grâce à Jerry.


On notera que tous les présidents n'ont pas le même genre de références. Jacques Chirac, en 2000, dans une interview au sujet des accusations de financement occulte du RPR, s'était exclamé qu'il s'agissait d'une histoire «abracadabrantesque», un néologisme sur lequel tout le monde avait tiqué... Et qui avait été forgé par Arthur Rimbaud.

Slate.fr

Newsletters

Enfant, je redoutais la fin de «Quitte ou double» présentée par Zappy Max

Enfant, je redoutais la fin de «Quitte ou double» présentée par Zappy Max

Inévitablement liée au souvenir sonore de son «Quitte ou double» lancé avec enthousiasme, la mort de l'animateur éveille en moi un autre et terrible souvenir.

Tolkien ne serait pas devenu Tolkien sans Oxford

Tolkien ne serait pas devenu Tolkien sans Oxford

J. R. R. Tolkien a passé cinquante ans à Oxford. Le biopic de l'écrivain, en salle ce 19 juin, revient sur ses années d'étudiant dans la cité universitaire, décisives dans l'invention de son univers.

Avec «Le Daim», à délirant, délirante et demie

Avec «Le Daim», à délirant, délirante et demie

Le nouveau film de Quentin Dupieux fabrique une fable absurde autour d'un serial killer obsessionnel et givré, invention nourrie d'une autre folie moins improbable, la pulsion créatrice.

Newsletters