Tech & internet / Culture

La jolie phrase de Satoru Iwata, PDG de Nintendo et «gamer», décédé à l'âge de 55 ans

Temps de lecture : 2 min

Le PDG de Nintendo avait démarré sa carrière dans une société de sous-traitance informatique et avait participé à la conception de nombreux jeux vidéo.

Satoru Iwata, le PDG de Nintendo, est décédé samedi 11 juillet, à l'âge de 55 ans, des suites d'un cancer. C'est l'entreprise japonaise qui l'a annoncé dans un court communiqué. Elle y précise par ailleurs que Genyo Takeda et Shigeru Miyamoto –le père de Mario– vont reprendre son poste.

Sur Pixels, William Audureau raconte ce lundi le parcours du PDG japonais expliquant qu'il est entré chez Nintendo en 1984 par une société de sous-traitance informatique, où il a «participé à de nombreux jeux, dont la série Kirby». Il en est ensuite devenu président avant d'être nommé PDG de Nintendo, en 2002, après la retraite de Hiroshi Yamauchi, président de la firme japonaise entre 1949 et 2002.

Grand public

«Premier président sans lien familial avec le fondateur de la firme, M. Iwata rompt avec l’autoritarisme de son prédécesseur. Il sort l’entreprise de l’isolement qui était le sien à la fin des années 1990 en se réconciliant avec d’autres compagnies japonaises, comme Namco (Pac-Man) ou Square (Final Fantasy) et Sega (Sonic).

Sensible à l’érosion de ventes de jeux vidéo au Japon au début des années 2000, il prend également le pari de stopper la course à la puissance et de viser un nouveau public. “Pour le futur du jeu vidéo, il est indispensable que nous élargissions le marché. Nous devons retourner aux basiques”, annonce-t-il en 2003, préfigurant les succès colossaux de la Nintendo DS et de la Wii, deux consoles pensées pour le grand public.»

Depuis l'annonce de sa mort, de très nombreuses personnes –professionnels et inconnus– ont fait part de leur tristesse. Parmi tous les hommages, on retrouve souvent cette citation qu'il avait prononcé en 2005, lors de la Game Developers Conference, en introduction de sa keynote:

«Sur ma carte, je suis PDG. Dans ma tête, je suis développeur de jeux. Mais dans mon cœur, je suis un gamer.»

Newsletters

Pouvons-nous forcer l'univers à s'effondrer?

Pouvons-nous forcer l'univers à s'effondrer?

Si nous vivons tous et toutes dans un monde virtuel, ce serait un bon moyen –quoique risqué– de le découvrir à coup sûr.

Tinder coûte plus cher aux hommes hétéros de plus de 50 ans

Tinder coûte plus cher aux hommes hétéros de plus de 50 ans

Une enquête de consommation australienne révèle que selon leur âge, leur localisation ou leur orientation sexuelle, les inscrit·es ne paient pas le même prix sur l'app de rencontres.

Pendant le confinement, les Britanniques ont passé 40% de leur temps éveillé devant un écran

Pendant le confinement, les Britanniques ont passé 40% de leur temps éveillé devant un écran

Outre-Manche, 12 millions de personnes se sont inscrites à un service de streaming dans les premiers mois de la pandémie.

Newsletters