Monde

La mafia aurait enfoui des déchets nucléaires en mer

Temps de lecture : 2 min

Une épave contenant des déchets nucléaires a été retrouvée en Italie, et pourrait avoir été coulée par la mafia

. BBC News rapporte que selon un informateur, qui a collaboré avec le juge en charge de l'enquête, le navire faisait partie d'un groupe de bateaux détournés pour le transport illégal de déchets nucléaires. Le navire coulé a été retrouvé à 30 km au large des cotes de la région de Calabre, dans le sud de l'Italie. Des photos prises par une caméra robotisée sur les lieux, montrent le navire intact et sur un côté, des étiquettes jaunes avec des barres, symboles des matériaux toxiques.

Depuis quelques temps, la mafia aurait renforcé son action dans le business très rentable de la gestion de déchets nucléaires. Mais au lieu de les gérer légalement, les mafieux les auraient tout simplement enfouis en mer. Le même informateur a avoué avoir été responsable de l'écoulement de deux autres bateaux de ce genre. Les experts sont en train d'examiner des pièces de l'épave pour déterminer si elles sont radioactives.

Si c'était le cas, une large opération devrait alors être mise en place pour récupérer au moins 30 autres navires supposés avoir été coulés par la mafia, et contenant, potentiellement, des déchets radioactifs. Greenpeace et d'autres groupes écologistes ont dressé une liste de tous les bateaux disparus dans les dernières années des côtes italienne et grecques. Le processus de traitement des déchets toxiques, explique BBC News, est supposé être soumis à des règles de sécurité extrêmement strictes.

[Lire l'article complet sur BBC News]

Vous souhaitez proposer un autre lien que vous jugez plus pertinent ou complémentaire? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo de une: un récipient contenant du cobalt, matériel radioactif. Wikimedia

 

Newsletters

L'Europe et le dilemme des valeurs

L'Europe et le dilemme des valeurs

[TRIBUNE] Les valeurs sont l'identité de l'Europe mais la recherche du compromis est aussi sa caractéristique et son savoir-faire.

Sirimavo Bandaranaïke, la première femme à devenir cheffe d'État, en 1960

Sirimavo Bandaranaïke, la première femme à devenir cheffe d'État, en 1960

Aujourd'hui, seules 21 femmes dirigent un pays dans un monde qui en compte 197. Autant dire qu'à l'époque, c'était inouï.

La Chine en quête d'un nouveau baby boom

La Chine en quête d'un nouveau baby boom

Le taux de natalité n'a quasiment jamais été aussi bas.

Newsletters