Économie

Roissy : les passagers décollent, pas les bagages

Temps de lecture : 2 min

Panneau à l'aéroport Roissy CDG Benoit Tessier / Reuters
Panneau à l'aéroport Roissy CDG Benoit Tessier / Reuters

Voilà qui ne va pas améliorer l’image de marque des aéroports parisiens surtout lors d'une journée de grands départs. Environ 4.000 bagages sont restés au sol samedi 11 juillet à l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, tandis que leurs propriétaires prenaient l'avion. Cette mésaventure serait liée à panne mécanique ou informatique qui a affecté deux terminaux.

Entre 10h30 et 12h30, le trieur-bagages est tombé en panne et n’a donc pas pu acheminer les valises vers les avions aux départs des terminaux 2E et 2F, les plus récents qui regroupent bon nombre de vols longs courriers. Plusieurs avions ont décollé sans que tous les bagages ne soient embarqués en soute.

«Depuis samedi en début d'après-midi, le trieur de bagage fonctionne normalement», a déclaré Aéroports de Paris (ADP). «Nous demandons aux passagers de se rapprocher de leur compagnie à leur arrivée pour récupérer leurs bagages dans les meilleurs délais», ajoute ADP, qui présente ses «excuses». Plus de 80.000 bagages sont expédiés chaque jour de l’aéroport de Roissy.

Newsletters

Les États doivent se préparer ensemble à affronter une crise sans précédent

Les États doivent se préparer ensemble à affronter une crise sans précédent

L'absence de coopération entre pays dans la gestion de la pandémie frappant aujourd'hui la planète entière risque de coûter très cher à tout le monde.

La crise du Covid-19 coûte très cher au sport mondial

La crise du Covid-19 coûte très cher au sport mondial

Le report des compétitions ne sera pas sans conséquences économiques. Des petits clubs vont-ils devoir déposer le bilan? Ou ouvrira-t-on la voie à un nouveau modèle plus solidaire?

Le Covid-19 sonnera-t-il le glas du capitalisme?

Le Covid-19 sonnera-t-il le glas du capitalisme?

La pandémie de coronavirus met à mal toute l'économie mondiale. Le moment est peut-être venu de tout changer au lieu de s'en inquiéter.

Newsletters