Santé

Pourquoi les hommes vont beaucoup moins chez le médecin

Temps de lecture : 2 min

Dans un hôpital en France, en 2003. REUTERS/Pascal Rossignol
Dans un hôpital en France, en 2003. REUTERS/Pascal Rossignol

Aller chez le médecin n’est pas ce qu’il y a de plus agréable comme activité, mais cela est nécessaire à la fois quand vous êtes malade et à titre de prévention pour ne pas l’être. Il y a pourtant une différence très nette entre les femmes et les hommes dans ce domaine et les hommes sont beaucoup plus réticents à consulter quand ils sont malades ou pas. Et ce n’est pas une question économique mais avant tout psychologique qui motive ce comportement. Elle peut expliquer en partie la raison pour laquelle l’espérance de vie des hommes est inférieure à celle des femmes.

Des chercheurs américains se sont penchés sur cette question. Selon une étude réalisée pour une association américaine de médecins (American Academy of Family Physicians AAFP), plus de la moitié des hommes disaient ne pas avoir consulté au cours des douze derniers mois et 29% des hommes interrogés reconnaissaient attendre «le plus longtemps possible» avant de chercher de l’aide quand ils étaient malades.

Les raisons pour lesquelles les hommes négligent leur santé sont multiples. Mais la première est «qu’ils ne font pas de leur santé une priorité», explique Rick Kellerman, président de l’AAFP. «Heureusement 78% des hommes mariés ou vivant en couple reconnaissent que leur conjoint à une influence sur leur décision de se faire soigner», ajoute-t-il.

Le principal obstacle à l’amélioration de la santé des hommes, ce sont les hommes eux-mêmes. Cela tient à des facteurs culturels et sans doute génétiques. Pour un certain nombre d’hommes, consciemment ou pas, se faire soigner revient à reconnaître une faiblesse, une fragilité. La sélection génétique a aussi, dans le développement de l’espèce humaine, sans doute favorisé les chasseurs-guerriers qui étaient capables de surmonter et ne pas accorder trop d'importance à leurs défaillances et leurs blessures pour continuer à nourrir ou protéger leur tribu.

Une étude de l’Université Rutgers montre que les hommes avec une vieille image de la masculinité ont une tendance inférieure de moitié à celle des autres hommes à rechercher des soins préventifs. Et ce n’est pas la peur de découvrir ce qui ne va pas, mais la peur de perdre le contrôle et de le donner au corps médical.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

«Il y a une certaine ironie dans le fait que croire que John Wayne et Sylvester Stallone sont les archétypes de la masculinité et que les vrais hommes ne tombent pas malade et n’ont pas besoin de voir un médecin soit une des causes des problèmes de santé des hommes», explique, Kristen W. Springer, professeur de sociologie de l’Université Rutgers.

Newsletters

Faut-il craindre la disparition des personnes porteuses de trisomie 21?

Faut-il craindre la disparition des personnes porteuses de trisomie 21?

Les personnes porteuses du syndrome de Down restent au cœur d'une bataille réactionnaire à propos du droit à l'avortement.

Fermer les frontières ne stoppera pas la propagation du variant Omicron

Fermer les frontières ne stoppera pas la propagation du variant Omicron

Étant donné que ce nouveau variant s'est déjà propagé au-delà de l'Afrique australe, l'interdiction des voyageurs en provenance de cette zone ne fera que ralentir sa circulation.

Pourquoi ne propose-t-on pas de tests de fertilité autour de 30 ans?

Pourquoi ne propose-t-on pas de tests de fertilité autour de 30 ans?

Nul besoin de vouloir un enfant à court terme pour avoir le droit de faire le point.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio