Ce n’est pas un mythe, les robots vont détruire des emplois dans tous les secteurs

Extrait du film «Chappie», de Neill Blomkamp. Photo via Allociné

Extrait du film «Chappie», de Neill Blomkamp. Photo via Allociné

La fin du travail tel que nous le connaissons est pour demain. Il faut s'y préparer.

Grâce aux robots et à l’intelligence artificielle, l’industrie revient s'installer aux Etats-Unis et le fera peut-être demain en France. Les robots faisant le travail des ouvriers chinois, les constructeurs automobiles pourront produire en masse des voitures autonomes électriques, les groupes de technologies pourront fabriquer des organes artificiels qui augmenteront considérablement la santé et l’espérance de vie, nous aurons accès à une énergie non polluante en grande quantité et les imprimantes 3D répondront à nos besoins presque immédiatement. Le coût de ces machines ne va cesser de baisser et cela rendra possible d’assurer les besoins de base de chaque être humain sur terre. Ces technologies existent aujourd’hui et commencerons à devenir commune dans les années 2020.

Voilà pour le scénario idéal de l’avenir de l’humanité décrit par le site spécialisé dans la technologie et qui annonce la fusion homme-machine Singularityhub.

Toutes les activités seront touchées

Mais il y a une autre facette à cette réalité que les politiques et les sociétés vont avoir rapidement à gérer: la disparition du travail humain. Non seulement il y aura de moins en moins d’emplois manuels, mais les emplois dits intellectuels seront aussi remplacés par des machines. Presque toute les activités et les professions seront touchées et cela va créer une série de problèmes sociaux parce que de nombreuses personnes ne pourront pas s’adapter à un changement aussi dramatique.

Il est possible de développer et créer des structures économiques pour redistribuer la richesse créée puisque la plupart des personnes n’auront plus besoin de travailler pour subvenir à leurs besoins. Elles seront libres de poursuivre d’autres occupations créatives. Le problème, toutefois, est que sans travail, les personnes n’auront pas la dignité, l’engagement social et le sens d’une vie remplie et accomplie qui vient aujourd'hui qu'on le veuille ou non du travail. Si notre vie, notre liberté et la poursuite du bonheur ne peuvent plus se construire à travers le travail, il faudra bien les construire autrement. Il s’agit de changements d’une ampleur considérable et il faudra en contrôler les effets.

Une révolution en quelques années

L’élite technologique qui mène cette révolution nous promet qu’il n’y a aucune raison de s’inquiéter parce que nous allons créer d’autres emplois comme nous l’avons fait dans les siècles passés quand l’économie est passée de l’agriculture à l’industrie puis de l'industrie au savoir. Mais ces arguments négligent une dimension essentielle: le temps pendant lequel se fait la transition. La révolution industrielle s’est produite sur plus d’un siècle. Aujourd’hui les révolutions technologiques se mettent en place en quelques années.

La première grande vague de chômage sera liée aux voitures, camionnettes et camions autonomes. Elle aura d’immenses avantages en éliminant les accidents de la route et les embouteillages, en rendant le transport quotidien plus productif et en réduisant la consommation d’énergie. Mais elle va faire disparaître des millions d’emplois.

Avec les progrès rapides de l’intelligence artificielle, les tâches qui nécessitent une analyse d’informations pourront être tenues par des machines. Cela comprend des emplois de médecins, de juristes, de comptables, de traders et de journalistes. Et les machines auront besoin de peu d’hommes pour les aider.

Il y autant de raisons d’être excité et d’avoir peur de cet avenir. Si nous sommes suffisamment intelligents pour développer des technologies qui régleront les problèmes de maladie, de faim, d’énergie et d’éducation de l’humanité, nous pourrons trouver une solution à notre nouveau problème social. Mais il faut comprendre le changement à venir et s’y préparer. Sinon…

Partager cet article