Monde

Le racisme joue un rôle majeur dans l'opposition à Obama

Temps de lecture : 2 min

Pour l'ancien président démocrate des Etats-Unis, Jimmy Carter, «une part considérable des démonstrations intenses d'animosité contre le Président Barack Obama son liés au fait que c'est un noir, un Africain Américain».

Jimmy Carter a fait cette déclaration mardi 15 septembre sur la chaine de télévision NBC. «Je vis dans le sud (des Etats-Unis) et j'ai vu le sud faire un grand chemin contre le racisme et j'ai vu le reste du pays qui partageait l'attitude du sud face aux minorités faire aussi un long chemin. Pour autant, le racisme existe toujours et je pense qu'il remonte à la surface parce beaucoup de blancs croient - pas seulement dans le sud mais dans tout le pays - que les Africains Américains ne sont pas qualifiés pour diriger cette grande nation. C'est une attitude abominable et cela me peine et me préoccupe beaucoup», a-t-il expliqué.

L'agence Associated Press a souligné que lors de la grande manifestation de Washington du samedi 12 septembre regroupant des dizaines de milliers de personnes contre la réforme du système de santé voulue par l'administration Obama des manifestants comparaient Barack Obama à Hitler.

«Il ne s'agit pas de comportements anodins. C'est plus profond que cela» avait alors estimé Jimmy Carter dans une déclaration faite toujours mardi 15 septembre de son centre présidentiel à Atlanta en Georgie. Il a stigmatisé également le Représentent républicain de Caroline du sud Joe Wilson qui a soudain crié «Menteur!» lors du discours prononcé le 9 septembre par Barack devant le Congrès quand le président a avancé que les immigrés clandestins ne seraient pas couverts.

«Le président est non seulement le chef du gouvernement, mais aussi le chef de l'Etat. Et peu importe qui il est et combien nous sommes en désaccord avec sa politique, il doit être traité avec respect», explique Jimmy Carter

La Chambre des Représentants a formellement condamné lors d'un vote mardi 15 septembre par 240 voix pour et 179 Joe Wilson jugeant que ses propos «avaient porté atteinte à la session jointe (Sénat et Chambre des Représentants) du Congrès». Les Républicains

Joe Wilson a présenté des excuses à Barack Obama la semaine dernière.

Lire l'article complet sur CNN]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Jimmy Carter  Reuters

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Lire également: Dans le cortège des anti-Obama

Newsletters

Un an de présidence Biden: l'heure du bilan

Un an de présidence Biden: l'heure du bilan

Économie, social, international, sanitaire... Qu'a accompli le président américain 365 jours après son investiture?

Trente ans après sa dissolution, l'URSS est-elle en train de se reconstituer en Asie centrale?

Trente ans après sa dissolution, l'URSS est-elle en train de se reconstituer en Asie centrale?

L'envoi de 3.000 soldats de l'OTSC pour soutenir le régime du président Tokaïev au Kazakhstan laisse deviner les objectifs stratégiques de Vladimir Poutine.

Qatar, Chine, Arabie saoudite: les événements sportifs de 2022 seront plus politiques que jamais

Qatar, Chine, Arabie saoudite: les événements sportifs de 2022 seront plus politiques que jamais

Jeux olympiques d'hiver en Chine, Coupe du monde de football au Qatar, Rallye Dakar en Arabie saoudite… La carte des méga-événements de l'année révèle l'émergence d’une nouvelle économie géopolitique du sport.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio