Sciences / Économie

Exxon savait pour le changement climatique dès 1981, et l'a caché

Temps de lecture : 2 min

Une lettre révèle que la plus grande société pétrolière au monde était consciente des dangers bien avant que le climat ne devienne un sujet de débat public.

Un courrier échangé entre l'université d'État de l'Ohio et un ex-expert d'ExxonMobil, Lenny Bernstein, montre que la firme était consciente du changement climatique dès 1981, sept ans avant que cela ne devienne un débat public, rapporte le Guardian.

«La firme a commencé à s’intéresser au changement climatique lorsqu’elle a entrepris de développer le champ de gaz de Natuna, au large de l’Indonésie», écrit Lenny Bernstein. «Une réserve naturelle composée à 70% de CO2», selon l’expert, qui, une fois percée, constituerait la principale source d’émission de dyoxyde de carbone dans l’air, comptant pour près d’un pourcent de tout le CO2 sur la planète à cette époque.

Trente ans d'intense lobbying

Par la suite, la firme a pourtant financé une campagne climatosceptique pendant près trente ans, et dépensé plus de 30 millions de dollars pour nier l’existence d’un tel changement. Jusqu’à sa déclaration mercredi 8 juillet, selon laquelle elle reconnaissait ce danger et cessait de financer des lobbies.

Ce changemennt de position intervient quelques mois après les révélations de financement de l'un des principaux experts climatosceptiques, Wei-Hock «Willie» Soon, par Exxon notamment, sans que celui-ci ait été déclaré dans ses papiers scientifiques. Il aurait reçu en tout plus d'un million de dollars en subventions de la part du secteur pétrolier. Signe que le vent tourne pour les climatosceptiques.

Slate.fr

Newsletters

On a enfin trouvé la technique pour casser un spaghetti en deux

On a enfin trouvé la technique pour casser un spaghetti en deux

Et pas en trois, ni en quatre. C'est important.

«Une telle histoire est-elle classique dans le milieu des sexfriends?»

«Une telle histoire est-elle classique dans le milieu des sexfriends?»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Y., une jeune femme qui s'interroge sur la véritable nature de la relation qu'elle vit avec son sexfriend.

«Cette histoire de statues, ça me permet de vivre encore plus de sexe dans ma vie»

«Cette histoire de statues, ça me permet de vivre encore plus de sexe dans ma vie»

Ruth aime les statues, mais plus que vous l'imaginez. Le type d'attirance qu'elle ressent s'appelle du pygmalionisme (ou de l'agalmatophilie, au choix).

Newsletters