Égalités

Les stripteaseurs travaillent surtout pour être désirés, pas pour l'argent

Temps de lecture : 2 min

D'après les résultats d'une étude sociologique, ils jugent leur activité de manière valorisante contrairement à leurs homologues féminines.

Flea des Red Hot Chili Peppers se lance dans un striptease devant Claudia Schiffer au MTV music awards en 1996 (Reuters/Jeff Christensen)
Flea des Red Hot Chili Peppers se lance dans un striptease devant Claudia Schiffer au MTV music awards en 1996 (Reuters/Jeff Christensen)

Pile pour la sortie de Magic Mike XXL, le film sur une bande de potes qui se remettent au striptease après trois ans de vie «normale», une sociologue américaine a publié une étude sur les stripteaseurs.


Pour cet article publié ce mois-ci dans la revue Deviant Behavior (comportement déviant), Maren Scull a passé près de deux ans à observer et interviewer des stripteaseurs qui dansent pour des femmes dans un club américain, rapporte Vocativ.

Comme c'est un métier stigmatisé, on pourrait penser que ces danseurs exotiques ont une mauvaise image d'eux-mêmes, mais ce n'est pas le cas.

«J'ai regardé ce qui motivait ces hommes qui dansent, et j'ai trouvé que le striptease leur donnait le sentiment d'être importants et permettait de stimuler leur confiance en eux-mêmes», explique Maren Scull, qui enseigne à l'université du Colorado.

La majorité des hommes qu'elle a interviewé ont commencé à exercer cette activité pour l'argent, mais ils ne gagnaient environ que 100 dollars par soirée, soit beaucoup moins que les femmes stripteaseuses dans le même club. S'ils continuaient, c'était souvent aussi parce qu'ils aimaient bien se sentir désirés.

Pour les femmes, l'estime de soi se dégrade

Dans un communiqué de presse, la sociologue explique que les hommes apprécient d'être objectifiés par les spectatrices car pour eux, l'objectification n'est pas ressentie comme une perte de contrôle ou de pouvoir. Beaucoup continuaient en effet à faire des stripteases même lorsque ce n'était pas nécessaire financièrement. La situation est différente pour les femmes.

«Au départ les femmes qui dansent pour des hommes peuvent se sentir plus confiantes en elles-mêmes, mais avec le temps, leur estime de soi se dégrade.»

Maren Scull pense que cette différence d'expérience vient du fait que les femmes sont fréquemment vues comme des objets sexuels, pas seulement quand elles font des stripteases, alors que, pour les hommes, être dans cette position est plutôt exceptionnel et amusant.

Une autre étude sur le sujet, citée par Slate.com, révèle une autre différence cruciale: les stripteaseuses sont beaucoup plus nombreuses à se prostituer que les hommes qui exercent ce même métier, alors que les stripteaseurs ont plus tendance à sortir avec leurs clientes. Dans un article sociologique de 2003, tous les interviewés avaient dit qu'ils recommanderaient cette activité à un ami, ce qui n'etait pas le cas de leurs homologues féminines. Un stripteaseur avait même dit qu'il aimait tellement sont travail qu'il le ferait gratuitement, ce qui rejoint les conclusions de Maren Scull.

Newsletters

En Afghanistan, des écoles secrètes pour filles

En Afghanistan, des écoles secrètes pour filles

Ouvrir un tel lieu est un acte de défiance envers les talibans.

Le commerce équitable combat aussi les inégalités de genre

Le commerce équitable combat aussi les inégalités de genre

Autant à travers ses standards qu’avec la mise en place de programmes dédiés, le mouvement Fairtrade/Max Havelaar se bat activement contre les inégalités de genre et promeut l’empowerment des productrices et des travailleuses agricoles dans le monde.

Le premier convoi juif vers Auschwitz, l'officier nazi et sa captive: histoire vraie d'un amour tabou

Le premier convoi juif vers Auschwitz, l'officier nazi et sa captive: histoire vraie d'un amour tabou

Des 999 premières femmes envoyées à Auschwitz, seules 22 ont survécu. L'une d'elles a été sauvée par la passion interdite d'un SS. À quel prix?

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio