Égalités

Les stripteaseurs travaillent surtout pour être désirés, pas pour l'argent

Temps de lecture : 2 min

D'après les résultats d'une étude sociologique, ils jugent leur activité de manière valorisante contrairement à leurs homologues féminines.

Flea des Red Hot Chili Peppers se lance dans un striptease devant Claudia Schiffer au MTV music awards en 1996 (Reuters/Jeff Christensen)
Flea des Red Hot Chili Peppers se lance dans un striptease devant Claudia Schiffer au MTV music awards en 1996 (Reuters/Jeff Christensen)

Pile pour la sortie de Magic Mike XXL, le film sur une bande de potes qui se remettent au striptease après trois ans de vie «normale», une sociologue américaine a publié une étude sur les stripteaseurs.


Pour cet article publié ce mois-ci dans la revue Deviant Behavior (comportement déviant), Maren Scull a passé près de deux ans à observer et interviewer des stripteaseurs qui dansent pour des femmes dans un club américain, rapporte Vocativ.

Comme c'est un métier stigmatisé, on pourrait penser que ces danseurs exotiques ont une mauvaise image d'eux-mêmes, mais ce n'est pas le cas.

«J'ai regardé ce qui motivait ces hommes qui dansent, et j'ai trouvé que le striptease leur donnait le sentiment d'être importants et permettait de stimuler leur confiance en eux-mêmes», explique Maren Scull, qui enseigne à l'université du Colorado.

La majorité des hommes qu'elle a interviewé ont commencé à exercer cette activité pour l'argent, mais ils ne gagnaient environ que 100 dollars par soirée, soit beaucoup moins que les femmes stripteaseuses dans le même club. S'ils continuaient, c'était souvent aussi parce qu'ils aimaient bien se sentir désirés.

Pour les femmes, l'estime de soi se dégrade

Dans un communiqué de presse, la sociologue explique que les hommes apprécient d'être objectifiés par les spectatrices car pour eux, l'objectification n'est pas ressentie comme une perte de contrôle ou de pouvoir. Beaucoup continuaient en effet à faire des stripteases même lorsque ce n'était pas nécessaire financièrement. La situation est différente pour les femmes.

«Au départ les femmes qui dansent pour des hommes peuvent se sentir plus confiantes en elles-mêmes, mais avec le temps, leur estime de soi se dégrade.»

Maren Scull pense que cette différence d'expérience vient du fait que les femmes sont fréquemment vues comme des objets sexuels, pas seulement quand elles font des stripteases, alors que, pour les hommes, être dans cette position est plutôt exceptionnel et amusant.

Une autre étude sur le sujet, citée par Slate.com, révèle une autre différence cruciale: les stripteaseuses sont beaucoup plus nombreuses à se prostituer que les hommes qui exercent ce même métier, alors que les stripteaseurs ont plus tendance à sortir avec leurs clientes. Dans un article sociologique de 2003, tous les interviewés avaient dit qu'ils recommanderaient cette activité à un ami, ce qui n'etait pas le cas de leurs homologues féminines. Un stripteaseur avait même dit qu'il aimait tellement sont travail qu'il le ferait gratuitement, ce qui rejoint les conclusions de Maren Scull.

Slate.fr

Newsletters

Crawl funding

Crawl funding

Nommer des rues en hommage à des personnalités LGBT+, un petit geste qui veut dire beaucoup

Nommer des rues en hommage à des personnalités LGBT+, un petit geste qui veut dire beaucoup

L'anniversaire des 50 ans de Stonewall inspire une accélération des plaques mémorielles. Enfin! Mais il ne faudrait pas se limiter au passé: l'histoire LGBT+ récente mérite aussi une reconnaissance.

À Singapour, les lesbiennes mènent la lutte pour les droits LGBT+

À Singapour, les lesbiennes mènent la lutte pour les droits LGBT+

Alors que la Pride de la cité-Etat, encore plus politique qu’à l’accoutumée, aura lieu dans une semaine, les femmes cis et transgenres sont aux avant-postes.

Newsletters