Partager cet article

Le plan de bataille de l'État islamique pour l'emporter sur le front de la propagande

Des prisonniers Coptes sont amenés sur une plage libyenne dans une vidéo tournée par l'EI. REUTERS TV

Des prisonniers Coptes sont amenés sur une plage libyenne dans une vidéo tournée par l'EI. REUTERS TV

L'organisation joue sur différents messages pour convaincre de jeunes étrangers de s'engager. Décryptage.

En matière de propagande, c'est la première chose à savoir: ce qui importe avant tout, c’est la cible. Et Vox le rappelle: les vidéos de l’État islamique s’adressent d'abord à un public jeune, en mal de repères, de reconnaissance, de travail. Et l’efficacité couronne le travail des communicants de la terreur islamiste: l’armée du «Califat» comptait 31.000 soldats en juin dont 20.000 «étrangers» (ni Irakiens, ni Syriens), selon James Clapper, directeur du Renseignement national américain.

Pour attirer autant de recrues, il faut se montrer sous son meilleur jour et, contrairement au travail cinématographique plutôt rudimentaire d’al-Qaïda, les vidéos du groupe État islamique sont pour le moins léchées et ouvertes à l’international: l’anglais est courant, et les soldats de l’EI s’exprime généralement dans leur langue natale pour faire l’article à leurs compatriotes. Les différents plans exhibent aussi un autre récit: l’«État» islamique est un véritable État, à la tête d’une administration complète et d’un réseau médical.

Légitime-défense et prétendue clémence

Vocativ va plus loin, en interviewant Charlie Winter, auteur d’un rapport sur le contenu de la propagande et l’attrait exercé sur le jeune public. Bien sûr, la cruauté est prépondérante et on ne compte plus les vidéos mettant en scène des exécutions. Mais ce n’est pas la représentation du Mal qui est la plus à même de séduire les jeunes, estime l’article qui souligne que le pendant de celle-ci est la démonstration d’une prétendue clémence envers les anciens mécréants «repentis».

Ce n’est pas la représentation du Mal qui est la plus à même de séduire les jeunes

Charlie Winter, auteur d'un rapport sur le sujet

Ensuite, il s’agit d’écrire l’histoire de manière à présenter l’action de l’EI comme une simple initiative de rétorsion face à la violence étrangère et les exécutions, même les plus barbares d’entre elles, comme des mesures de légitime-défense. L’EI veut aussi montrer qu’il peut opposer une armée régulière et professionnelle à la coalition occidentale, d’où la multiplication des parades de troupes filmées par des caméras. 

«Les uniformes, la discipline et la chorégraphie sont destinés à diffuser l’idée selon laquelle l’EI est un véritable État avec une véritable armée», explique Charlie Winter.

Convivialité, amitié, sécurité

Enfin, l’État islamique ne se pense pas uniquement comme un bras vengeur, la main qui frappe doit aussi paraître caresser. La convivialité, l’amitié, la sécurité, une certaine forme d’aisance sont bien souvent des valeurs mises en avant dans leurs vidéos.

«La philosophie nous enseigne à douter de ce qui nous paraît évident. La propagande, au contraire, nous enseigne à accepter pour évident ce dont il serait raisonnable de douter», remarquait Aldous Huxley.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte