Partager cet article

Plus besoin de tirer un plan sur la comète pour obtenir un air respirable et de l'eau sur Mars

Capture d'écran de la vidéo de promotion du projet Mars One (Crédits : Mars One)

Capture d'écran de la vidéo de promotion du projet Mars One (Crédits : Mars One)

On sait déjà comment les premiers hommes qui arriveront sur la planète pourront s'installer dans leurs logements et respirer un délicieux oxygène mixé pour eux.

On ne sait pas encore comment le financer, on ne sait encore comment transporter tout le matériel nécessaire sur 225.300.000 km et le faire atterrir, on ne sait pas encore comment y produire de la nourriture –et il faudra encore du temps pour mettre au point tous ces aspects– mais une chose est sûre: les ingénieurs savent déjà comment générer un air respirable et une eau potable pour le projet Mars One.

C’est en tout cas ce qu’affirme la Parangon, société qui a déjà imaginé les systèmes permettant aux astronautes de la Nasa de respirer et de rester hydratés. Dans une interview à CNN, elle explique comment elle compte s’y prendre pour adapter ses technologies à la colonisation de la planète Mars. Un défi de taille: l’atmosphère y est composée à 95% de dioxyde de carbone et quasiment 0% d’oxygène.

Étape 1: extraire l’eau du sol de la planète rouge

Il faudrait d’abord que les rovers robotisés extraient de l’eau du sol (la surface de Mars est couverte de régolithe, une couche de poussière qui contient à certains endroits de l’eau) et la purifie pour la rendre potable. Ils pourraient ensuite la changer en partie en oxygène, et mixer celui-ci avec l’azote et l’argon présents dans l’atmosphère pour créer un cocktail proche de celui de l’air terrestre.

L’air et l’eau. Il s’agit seulement là des besoins de bases que le projet devra assurer, tout en prenant en compte les autres conditions extrêmes de Mars, comme les radiations cosmiques, aussi fortes que nocives.

Étape 2: isoler l’air des températures glaciaires

Une fois les modules d’habitation dotés d’une atmosphère respirable, ce n’est pas fini: la gestion de l’air a aussi été étudiée dans le détail par les ingénieurs. Il faudra le réchauffer et le refroidir en fonction des températures de la planète rouge: de -140 °C à 21°C.

Le système devra permettre d’extraire de l'eau et d’en stocker assez pour que les colons puissent boire à leur soif, et même prendre un bain à leur arrivée

Les habitations devront avoir leur propre pression atmosphérique –la pression au sol de l'atmosphère martienne est environ 170 fois moins élevée que celle de la Terre– , pouvoir filtrer les particules de l’air, expulser le dioxyde de carbone et le monoxyde de carbone et recueillir l’humidité expirée. Sans oublier de prévenir la condensation, qui pourrait être fatale si elle faisait rouiller le matériel.

Étape 3: faire une grosse réserve d’eau

La gestion de l’eau n’est pas plus simple: le système devra permettre d’en extraire et d’en stocker suffisamment pour que les colons puissent boire à leur soif, et même prendre un bain, dès leur arrivée sur la planète désertique. Toute l’eau, même celle utilisée pour les lessives, sera recyclée. Elle pourra aussi être utilisée pour irriguer des cultures ou nourrir des plantes, qui aideraient en plus à créer un air respirable en changeant le dioxyde de carbone en oxygène.

«Nous verrons bientôt l’être humain coloniser d’autres planètes»

Il faudra encore du temps pour imaginer et réaliser toutes les autres technologies nécessaires à la colonisation de la planète rouge mais les responsables de Parangon en sont convaincus: «Nous verrons bientôt l’être humain coloniser d’autres planètes», et la vie sur le long terme y sera possible.

Critiqué de toutes parts, le projet Mars One a pour le moment du plomb dans l’aile. Mais ce type de projet reste très utile pour faire avancer la recherche et contribuer à ce que l’homme fasse bientôt ses premiers pas sur le sol martien. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte