Égalités / Monde

Umm Sayyaf, la femme derrière l’esclavage sexuel de Daech

Temps de lecture : 2 min

Cette femme d’un haut dirigeant de Daech n’avait pas de position officielle au sein de l’organisation mais ses responsabilités officieuses étaient nombreuses.

À Raqqa, en juin 2014. REUTERS/Stringer.
À Raqqa, en juin 2014. REUTERS/Stringer.

Vous souvenez-vous d’Abou Sayyaf? Ce haut dirigeant de Daech (aussi appelé État islamique) a été tué en mai dernier lors d’un raid des forces armées américaines. Il était chargé des ressources pétrolières de l’organisation terroriste. Dans l’opération, une personne-clé a été capturée: son épouse, Umm Sayyaf, qui s’occupait de la gestion du réseau de femmes, rapporte le Daily Beast.

Umm Sayyaf n’avait pas formellement de position au sein de la hiérarchie de l’organisation mais ses responsabilités officieuses étaient nombreuses. Le réseau qu’elle animait au sein du groupe était chargé de recruter des femmes, d’accumuler des renseignements et d’organiser l’esclavage sexuel dans le «califat», notamment en jouant le rôle de police des mœurs. Les experts estiment qu’il y aurait actuellement entre 2.000 et 5.000 femmes.

Une «anomalie»

Cette conseillère de l’ombre est une véritable «anomalie» au sein de Daech, explique Mia Bloom, une chercheuse de l’université d’État de Géorgie contactée par le Daily Beast, car elle avait une grande visibilité sur la chaîne de commandement de l’organisation.

Umm Sayyaf, aujourd’hui détenue en Irak, est la femme la plus importante de Daech jamais capturée par les Américains. Elle pourrait peut-être être transférée aux États-Unis si son mari était formellement impliqué dans des affaires touchant les États-Unis.

Slate.fr

Newsletters

En Inde, deux sœurs se travestissent pour maintenir le business familial

En Inde, deux sœurs se travestissent pour maintenir le business familial

Jyoti et Neha se sont habillées en hommes pendant des années pour aider leur père malade.

Le problème avec les hommes qui n'aiment que les femmes asiatiques

Le problème avec les hommes qui n'aiment que les femmes asiatiques

Les propos de Yann Moix au sujet des «Coréennes, des Chinoises, des Japonaises» renvoient au concept (problématique) de «fièvre jaune». Des femmes concernées expliquent en quoi ce cliché raciste n'a rien de flatteur.

La jeunesse noire et hispanique, cible privilégiée des pubs de malbouffe

La jeunesse noire et hispanique, cible privilégiée des pubs de malbouffe

Un écart important a été observé avec la population blanche.

Newsletters