Sciences

Comment les souris se sont habituées aux chats (et inversement)

Temps de lecture : 2 min

Naturellement stressées par l'urine de chat, les souris se sont pourtant habituées à vivre dans la même zone que leurs prédateurs.

Un chat en pleine chasse à la souris | Niels Hartvig via Flickr CC License by
Un chat en pleine chasse à la souris | Niels Hartvig via Flickr CC License by

En disséminant leur urine sur leur territoire (par exemple votre salon), les chats mettent en fait en œuvre une stratégie anti-souris. Des chercheurs de l’Institut de l’écologie et de l’évolution de Moscou ont montré que, lorsqu’une souris sent de l’urine de chat, elle a naturellement le réflexe de fuir. Son cerveau réagit à un des agents –appelé la félinine– contenus dans l'urine. Pratique pour éviter de se retrouver nez à nez avec son ennemi de toujours.

Mais cette félinine peut aussi être fatale. «Ses récepteurs détectent le composant et secrétent d'importantes doses d'hormones de stress», explique le docteur Vera Voznessenskaya. Ce stress soudain pousse même certaines souris qui attendent des petits à faire une fausse couche. Et un point pour le chat.

Lutte de centaines d'années

Mais, au fil des années, les souris se sont habituées à vivre avec cette odeur. Les chercheurs russes ont montré qu'une souris exposée toute jeune, à seulement un mois, à de l'urine de chat, la repérera toujours, tout en ayant moins tendance à la fuir plus tard:

«Cette habitude est certainement utile pour la souris. Elles ont besoin de vivre autour des humains et de la nourriture. Là où on trouve aussi les chats

Une acclimatation qui n'est pas sans déplaire non plus aux chats, qui peuvent «garder autour d'eux le nombre de souris dont ils ont besoin» sans même à avoir à mettre le nez dehors. Mais les souris n'ont probablement pas dit leur dernier mot.

Newsletters

Une découverte majeure pourrait faire gagner dix ans de recherche sur le cancer de la prostate

Une découverte majeure pourrait faire gagner dix ans de recherche sur le cancer de la prostate

Le problème de résistance des cellules cancéreuses aux thérapies anti-hormonales a enfin une solution.

Le Monkeypox peut toucher n'importe lequel d'entre nous

Le Monkeypox peut toucher n'importe lequel d'entre nous

Alors que le virus, improprement appelé «variole du singe», se diffuse de manière inhabituelle en Europe, il est nécessaire de mettre en place des stratégies viables pour tenter de stopper l'épidémie.

Mon Europe à moi: «L'UE doit poursuivre ses efforts pour lutter contre la perte de biodiversité»

Mon Europe à moi: «L'UE doit poursuivre ses efforts pour lutter contre la perte de biodiversité»

L'Union européenne semble se focaliser sur la réduction des émissions de dioxyde de carbone. Quitte à oublier la perte de biodiversité massive.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio