Monde

Si les sondages avaient vu juste, la gauche gouvernerait la Grande-Bretagne et Israël et le oui aurait pu l'emporter en Grèce

Temps de lecture : 2 min

Le référendum grec, encore un jour sombre pour les sondeurs?

/
Le schnapps à la vodka «Grexit», une idée d'un entrepreneur... allemand. REUTERS/Wolfgang Rattay

Dans la semaine qui a précédé le référendum grec du 5 juillet, les sondages réalisés sur place laissaient présager une lutte serrée entre le oui et non, avec un léger avantage pour le premier. En particulier, un sondage publié dans la presse grecque et repris par de nombreux médias le vendredi précédant le vote faisait état d’une possoble victoire du oui avec 44,8%, contre 43,4% pour le non.

Dans les derniers moments, ces prédictions ont progressivement évolué et donnaient une légère victoire du non. Le dimanche soir, on apprenait que les grecs avaient rejeté les propositions des créanciers à 61%, un score qui ne laisse aucune place à l’hésitation qu’anticipaient les sondeurs.

Ce n’est pas la première fois dans l’année, comme le rappelle le site L’Observatoire des sondages. Le 6 mai dernier, les principaux médias britanniques annonçaient, sur la foi des plus récents sondages, que les élections générales allaient se jouer au coude à coude entre Tories (conservateurs) et Labour (travaillistes). L’élection marquera une nette victoire des premiers, avec près de 100 sièges d’écart et la majorité absolue.

Même indécision toujours annoncée en mars à l’approche des élections législatives israéliennes, quand le parti du Premier ministre sortant Benjamin Netanyahou, le Likoud, était annoncé battu de quelques sièges par les partis d’opposition de gauche regroupés dans une Union sioniste. Le Likoud a finalement battu de six sièges la coalition d'opposition.

Slate.fr

Newsletters

Dans les Balkans, la dure lutte contre le sexisme ambiant

Dans les Balkans, la dure lutte contre le sexisme ambiant

L'Europe de l'Est a semblé relativement imperméable au déluge #MeToo. Mais quand on y regarde de plus près, d'autres initiatives émergent pour libérer la parole des femmes, et ce malgré un conservatisme bien présent.

Amazon empêche ceux qui n'ont pas acheté le livre de James Comey sur son site de le noter

Amazon empêche ceux qui n'ont pas acheté le livre de James Comey sur son site de le noter

Pour la version française, en revanche, ce n'est pas aussi restrictif.

Guerre du Yémen: chut, on tue!

Guerre du Yémen: chut, on tue!

Le conflit, entré dans sa quatrième année, a provoqué «la plus grave crise humanitaire au monde» –face au silence assourdissant de la communauté de l’indifférence internationale. Les ONG sur le terrain accusent principalement Riyad du massacre en cours.    

Newsletters