Partager cet article

Les touristes deviennent de plus en plus immunisés au terrorisme

Keep Calm and Charlie On (via Wikimedia Commons).

Keep Calm and Charlie On (via Wikimedia Commons).

Les attentats survenus en Europe ou aux États-Unis ont de moins en moins d'impacts sur l'hôtellerie. Une bonne nouvelle pour la Tunisie?

Comment les touristes réagissent-ils à un acte terroriste? C'est l'une des questions que redoutent les Tunisiens après l'attentat de Sousse qui a coûté la vie à 38 personnes, vendredi 26 juin.

Pourtant, un rapport publié par le cabinet Deloitte sur les voyages et le tourisme –et repéré par Quartz– pourrait les rassurer. On y lit notamment: 

«Le traumatisme de telles attaques reste probablement ancré, mais l'industrie du tourisme et les clients semblent être devenus plus résiliants. Selon le rapport de compétitivité 2015 de Deloitte pour le Forum économique mondial, le rythme auquel l'industrie de l'hôtel récupère après les troubles politiques ou un évènement violent a "considérablement diminué" au cours des quinze dernières années.»

Dans le rapport, on peut ainsi lire que le taux de remplissage des hôtels new-yorkais a mis trente-quatre mois à récupérer du 11-Septembre. En comparaison, il a fallu douze mois aux hôtels madrilènes pour retrouver les mêmes taux après les attentats de 2004, et neuf mois aux hôtels londoniens après ceux de juillet 2005. L'attentat de Boston et le meurtre de Lee Rigby à Londres ont, eux, eu un impact limité, selon le rapport.

«Bien que l'impact des attentats de janvier en France ne soit pas présent dans les données, des indices anecdotiques suggèrent que les hôtels qui visent le marché des loisirs a souffert d'un impact immédiat à court-terme.»

Le rapport donne plusieurs raisons, mais explique également qu'il y a eu un changement de mentalité avec «l'émergence d'une culture du "continuer comme avant", en réponse au terrorisme».

La réaction
en Tunisie, hormis l’horreur et le drame qu’on vit, c’est
de se dire “merde alors les touristes vont plus venir”

Selim Ben Hadj Yahia

Ne pas céder aux menaces

Quartz rappelle que l'Organisation mondiale du tourisme avait déjà identifié ce phénomène après les attentats de 2005, en Égypte où 88 personnes avaient été tuées:

«L'agence avait alors noté que les changements au niveau des activités touristiques avaient été minimes et que la société civile connaît désormais la nature mondiale de ces menaces [terroristes] et a choisi de ne pas y céder.»

Deux jours après l'attentat de Sousse, un jeune Tunisien avait lancé une campagne assez choc sur Facebook, afin de sensibilier les touristes à ne pas délaisser la Tunisie:

 

Chers amis,Après la tristesse et le choc, vient le temps de la réflexion et des interrogations.Et l'interrogation...

Posted by Selim Ben Hadj Yahia on Sunday, June 28, 2015

Interrogé par BuzzFeed, il expliquait alors les raisons de ce post:

«C’est venu d’une sorte de frustration, je vous avoue, parce qu’on est victime de cette catastrophe et que 7% je crois du PIB tunisien vient du tourisme (…) Et la réaction en Tunisie, hormis l’horreur et le drame qu’on vit, c’est de se dire “merde alors les touristes vont plus venir”. Dans la psychologie collective tunisienne, une des réflexions, c’est ça.»

Sur Slate Afrique, Camille Belsoeur expliquait pourtant que cette question est «plus compliquée que quelques slogans sur le Web», et que c'est en constatant que «la Tunisie est un pays stable et sûr –même si le risque zéro n’existe évidemment pas– que les touristes reviendront d’eux-mêmes sur les plages de Sousse».

Plusieurs touristes ont d'ores et déjà décidé de maintenir leur voyage dans la ville tunisienne, comme le rappelait 20 Minutes.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte