Santé / Monde

Les vétérans américains appréhendent les feux d'artifice de la fête nationale

Temps de lecture : 2 min

De nombreux anciens soldats sensibilisent la population aux effets du stress post-traumatique à l'approche du 4 juillet.

Feux d'artifice à Washington, le 4 juillet 2011 (REUTERS/Hyungwon Kang)
Feux d'artifice à Washington, le 4 juillet 2011 (REUTERS/Hyungwon Kang)

Alors que les États-Unis se préparent à célébrer leur fête nationale le 4 juillet, les anciens soldats américains s'inquiètent déjà des feux d'artifice qui vont retentir un peu partout dans le pays.

Pour les vétérans, le bruit de ces spectacles pyrotechniques évoque immédiatement les explosions de bombes ou les coups de feu. Or, comme entre 11 et 20% des anciens soldats en Irak et en Afghanistan souffrent de stress post-traumatique, entendre ces déflagrations peut provoquer des crises d'anxiété.

L'année dernière, un ancien soldat avait placé une pancarte dans son jardin avec le message: «Un ancien combattant vit ici. Soyez courtois avec les feux d'artifice.» La photo du panneau postée sur Facebook a été partagée plus de 300.000 fois et l'idée a été reprise par une association de vétérans atteints de troubles de stress post-traumatique, rapporte CNN.

Éviter l'effet de surprise

Via cette association, près de 5.000 anciens combattants ont déjà commandé leurs panneaux.

Jon Dykes, le vétéran qui a eu cette idée en 2014, expliquait que le bruit des feux d'artifice lui donnait constamment l'impression d'être attaqué. Le facteur de surprise est aussi essentiel. La situation est plus gérable si les voisins préviennent avant de faire exploser leurs pétards.Ce genre de message de voisinage est particulièrement utile car les Américains ne se contentent souvent pas des feux d'artifices officiels organisés par les villes: ils en font aussi exploser dans leur jardin pendant tout le weekend.

Interviewé par Time.com, le professeur de psychiatrie John Markowitz résumait le dilemme de ces anciens soldats en pleine fête nationale:

«Si vous êtes un vétéran, le 4 juillet est une célébration patriotique à laquelle vous voulez participez. Mais les lumières rouges des fusées et les explosions des feux d'artifice vont probablement vous rappeler des souvenirs traumatiques, et vous aurez envie de fuir.»

Slate.fr

Newsletters

«Une telle histoire est-elle classique dans le milieu des sexfriends?»

«Une telle histoire est-elle classique dans le milieu des sexfriends?»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Y., une jeune femme qui s'interroge sur la véritable nature de la relation qu'elle vit avec son sexfriend.

La popularité des charlatans du bien-être révèle les errements de la médecine

La popularité des charlatans du bien-être révèle les errements de la médecine

Les praticiens qui ne savent pas écouter les souffrances de leurs patients les poussent vers des produits et services scientifiquement fumeux.

«Cette histoire de statues, ça me permet de vivre encore plus de sexe dans ma vie»

«Cette histoire de statues, ça me permet de vivre encore plus de sexe dans ma vie»

Ruth aime les statues, mais plus que vous l'imaginez. Le type d'attirance qu'elle ressent s'appelle du pygmalionisme (ou de l'agalmatophilie, au choix).

Newsletters