Partager cet article

Il fait très chaud, et alors? Comment devenir un expert anti-canicule

Une fille joue dans une cascade à la piscine à Endenich. REUTERS/Wolfgang Rattay.

Une fille joue dans une cascade à la piscine à Endenich. REUTERS/Wolfgang Rattay.

Pour trouver une fois pour toute la solution à ce problème majeur, j’ai compilé toutes les «astuces anti-canicule», téléchargé toutes les applis spécialisées, acheté tous les gadgets high-tech 100% fraîcheur.

J’ai beau me retourner dans mon lit, il faut me rendre à l’évidence: le fameux «côté froid» de l’oreiller a disparu. La chaleur est déjà là, omniprésente. La semaine n’est plus qu’une seule longue journée d’été, cuisante du matin au soir, étouffante du soir au matin. Et Météo France nous annonce que ce n’est pas fini.

Pour trouver une fois pour toute la solution à ce problème majeur (qui fait la une des journaux, ralentit les trains et provoque la guerre de la climatisation au travail, quand même), j’ai compilé toutes les «astuces anti-canicule», téléchargé toutes les applis spécialisées, acheté tous les gadgets high-tech 100% fraîcheur.

1.Connais ton ennemi

A la guerre comme en temps de canicule, une seule règle: il faut connaître son ennemi. La tête encore sur l’oreiller (trop chaud), je peux déjà jeter un coup d’oeil à l’appli La Chaîne Météo pour savoir quel temps et température il me faudra affronter dans le prochain quart d’heure. Pour les UV (et adapter la dose de crème solaire), je consulte la carte SoleilRisk, développée par le Syndicat national des dermatologues.

C’est confirmé, l’air va être brûlant. Il sera même accompagné de belles bouffées de dioxyde de carbone, comme m’informe l’appli Plume, qui mesure la pollution de l’air en temps réel. Autre point essentiel à vérifier: le taux d’humidité, qui aggrave beaucoup les effets liés à la chaleur.

2.Enfiler une veste thermorégulatrice

Seconde épreuve: trouver la tenue adéquate, qui ne m’étouffera pas dans ses mailles collantes dans quelques heures. Exit les fibres synthétiques, les pantalons serrés, les tissus qui absorbent la chaleur, et bonjour les vêtements en coton ou en lin. Faut-il pour autant éviter le noir? Non, tant que la tenue est ample, le meilleur évacuateur de chaleur humaine peut faire son oeuvre: la transpiration.

Il existe aussi une tenue radicale, qui rendra jaloux tous ceux qui se ventilent comme ils peuvent dans le métro: la veste thermorégulatrice. Bon, elle pèse 1,9 kilo et a plutôt été imaginée pour les athlètes, mais elle peut diffuser un froid constant à zéro degrés pendant 90 minutes.

Devant le miroir de la salle de bain, un autre choix décisif reste à faire –qui agite aussi Twitter: que vais-je faire de tous ces cheveux prêts à se coller entre eux au moindre coup de chaud? Les magazines féminins conseillent de les préserver avec une tresse, une queue de cheval ou carrément un turban après les avoir protégés du soleil avec un soin spécifique. Allons-y. Pour le maquillage, il faudra aussi faire sobre: le minimum et en waterproof, s’il vous plaît, pour éviter de ressembler à une poupée de cire.

3.«Optimisation de la gestion des fenêtres»

Comment empêcher le chaud de s’immiscer à l’intérieur? Le site du gouvernement conseille de «s’assurer que son domicile est conçu avec une bonne isolation thermique». Bon, eh bien dans mon vieil immeuble, je suis bien assurée que non.

On va plutôt tenter le deuxième conseil gouvernemental: «Optimisation de la gestion des fenêtres». C’est-à-dire tout ouvrir pendant la nuit pour laisser agir les courants d’air puis refermer durant la journée pour garder le frais. Ce à quoi j’ajouterais l’astuce de ma grand-mère: étendre une grande serviette humide devant la fenêtre. Pas très joli, mais très efficace.

4.Fabriquer une climatisation DIY

Si vous êtes dans le camp des «pro-climatisation», vous pouvez soit vous tracer un itinéraire de lieu climatisé en lieu climatisé, entre le bureau, le rayon frais du supermarché et la bibliothèque, soit vous construire votre propre clim’ maison.

En gros, il suffit de récupérer une grande glacière ou une boîte en polystyrène. Vous la remplissez de glace et vous y calez un ventilateur. Bien sûr, entre ces différentes étapes, cela nécessitera quelques coups de scie et de perceuse (le détail ici). Si cela vous effraie, vous pouvez utiliser ce même ventilateur et le placer devant une pile de bouteilles d’eau glacée. Plus qu’à s’affaler devant, un brumisateur à la main.


Si vous êtes dans le camp des «anti-clim» et que vous avez un peu de temps libre, la meilleure solution pour contrer la chaleur reste la baignade. En ville, c’est aussi possible: vous pouvez rejoindre le laboratoire des baignades urbaines expérimentales et piquer une tête dans le bassin de la Villette ou dans la Seine. Émotions garanties.

En revanche si vous êtes coincé dans un bureau à la chaleur tropicale, vous pouvez investir dans ces mini-ventilateurs USB très mignons. Et n’oubliez pas de nettoyer votre ordinateur et de l’arrêter de temps en temps, la chaleur a vite fait de faire ralentir le système.

5.S'hydrater avec une smartbouteille

Boire, boire, boire et boire encore. Conseil mille fois entendu mais pas toujours si facile à appliquer. Occupé à autre chose, au travail ou ailleurs, on n’a pas toujours la sensation d’avoir soif. On m’a bien conseillé la méthode du pli cutané –je me pince régulièrement la peau du bras pour vérifier mon niveau d’hydratation– mais les résultats ne semblent pas très probants tant que l’on n’est pas au bord de la lyophilisation.

Plus malin: la smartbouteille qui pense à votre place (au choix, HidrateMe ou H20Pal). Équipées de capteurs électroniques, elles savent quand vous avez bu pour la dernière fois, quelle quantité, et s’illuminent quand il est temps de boire à nouveau.

Mais que boire? La seule alternative à l’eau reste le jus de fruit pressé, les autres boissons qui ont l’air si alléchantes sous le soleil, c’est vrai– étant soit déshydratantes (pour l’alcool), soit diurétiques (pour le café, thé, boissons sucrées).

Pourtant, les touaregs, eux, boivent bien du thé brûlant au milieu du désert, répliqueront certains. A ceux-là, je les laisse se brûler la langue si le coeur leur en dit, car s’il est vrai que boire une boisson chaude, proche de la température corporelle, demande au corps moins d’énergie et provoque une sudation rafraîchissante, certains médecins mettent en garde contre une idée préconçue et contre-productive. N’est pas touareg qui veut.

6.Dire adieu aux barbecues

Écrasé sous la chaleur, on a rarement grand appétit. Et pourtant, il faudra bien aller au supermarché, errer au rayon fruits et légumes et se creuser la tête pour faire autre chose que la fameuse salade «riz-maïs». Car là encore, c’est la teneur en eau qui compte. La salade verte, la pastèque, le melon, le concombre, la tomate sont plein d’eau. Un yaourt nature, ça marche aussi.

En revanche, les barbecues ne sont pas recommandés, les protéines étant plus difficiles à digérer. Risque de surchauffe après le repas. Mais personne ne vous reprochera de faire une exception pour des merguez grillées au barbecue solaire, c'est l'occasion rêvée de l'utiliser. 

Si vous y tenez, vous pouvez aussi tenter cette recette de choucroute froide, inventée par un charcutier alsacien pour l’été, mais c’est vraiment si vous y tenez.

7.L'oreiller dans le frigo

Bravo, vous avez survécu à une nouvelle journée de fournaise! Préparez-vous à une nuit étouffante si vous n’avez pas les moyens d’investir dans des fabuleux matelas rafraîchissants. Et ne dormez pas nu –le piège du débutant–, une tenue légère en coton ou en soie vous aidera mieux à évacuer la transpiration.

Dernière astuce pour profiter de quelques moments de répit: mettre directement son oreiller dans le frigo. Et le «côté froid» est de retour.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte