Partager cet article

Pourquoi les cyclistes suscitent-ils tant de haine?

Abandoned / Mizrak via Flickr CC Licence By

Abandoned / Mizrak via Flickr CC Licence By

Clous sur les routes, pièges sur les pistes cyclables... En Grande-Bretagne, les actes de vandalisme contre les cyclistes se multiplient.

Semaine noire pour les cyclistes britanniques: lors d’une course cycliste, la Velothon Wales, qui se déroule dans le Pays de Galles, des coureurs ont eu la mauvaise surprise de découvrir que des punaises étaient disséminées sur un tronçon du parcours. Au moins un coureur a été blessé, et la masse du peloton a dû descendre de selle pour porter les vélos et éviter les obstacles sur la section minée.

Une controverse avait précédé la course à propos des désagréments pour les habitants alentour: routes fermées au trafic automobile et possible baisse de l’activité pour les commerçants... La presse britannique relatait qu’il aurait pu s’agir d’un sabotage organisé par des opposants à la course.

Dans la campagne de Surey, au sud de Londres, une autre course cycliste a connu des désagréments comparables, bien que personne n’ait été blessé. Plus étrange encore, la presse britannique relate plusieurs cas la même semaine de fils ou câbles tendus entre deux arbres sur le parcours de pistes cyclables dans plusieurs villes, visant à piéger des cyclistes.

Le Guardian se demande donc pourquoi les gens sont aussi méchants avec les amateurs de pédales.

Généralisation abusive des traits négatifs

Selon le psychologue Ian Walker, il s’agit tout bonnement d’une manifestation classique observée en psychologie des préjugés sociaux, telle celle qu’on voyait beaucoup à propos de groupes ethniques minoritaires quelques décennies plus tôt, explique-t-il: une généralisation abusive des traits négatifs associés à ses membres et une sous-représentation des comportements négatifs du groupe des accusateurs.

Consensus anti-cycliste

Mark Strong, consultant dans le domaine des transports et défenseur des cyclistes à Brighton, estime que les propos anti-cyclistes sont devenus tellement courants qu’il s’agit presque d’un consensus national. Récemment, rappelle le Guardian, plusieurs émissions de radio ou de télévision ont scénarisé cette «guerre» entre cyclistes et automobilistes en demandant au public de se ranger dans un ou l’autre des deux camps...

Tous mettent en avant les associations péjoratives communément faites avec la pratique du vélo: frivole, rabat-joie, pompeux, etc.

Frivole, rabat-joie, pompeux...

Nous parlions l'année dernière de ce phénomène de back-lash dirigé contre les cyclistes, et qui peut s'expliquer par l'évolution du profil des utilisateurs de vélo au coeur des villes occidentales: des catégories supérieures, des jeunes, des diplômés, des urbains. Du coup, notait déjà The Atlantic, les vélos sont dans les médias souvent «invoqués pour symboliser la gentrification, la richesse, la blanchité et l'élitisme oppressif, [ils] sont devenus la matière première de la démagogie des éditorialistes de tabloïds».

Moins qu'un mode de transport, le vélo serait devenu signe identitaire et de distinction, symbolisant cette classe urbaine dominante fustigée par les partis populistes de tous bords. 

Comme l'explique la sociologue Rachel Aldred dans l'article du Guardian, la manière de stigmatiser le cycliste a donc évolué avec le profil de l'usager: jadis moyen de transport de ceux qui n'avaient pas d'autre choix, le vélo est aujourd'hui perçu comme le véhicule de ceux qui ont le choix et qui s'offrent un luxe –celui d'habiter dans des lieux adaptés à la pratique et dont la densité permet de se rendre au travail à une distance raisonnable. 

Or, quoi qu'on pense de la couleur politique des cyclistes, on est forcé de reconnaître qu'ils paient sur les routes un plus lourd tribu que les autres catégories d'usagers. Des initiatives sont lancées pour faire évoluer l'image du cycliste, comme celle d'une association de cyclistes de Seattle qui a mis en place une charte des éléments de langage à imposer lors de discussion avec les riverains sur les cyclistes: pour humaniser les acteurs concernés, ils proposent de ne plus parler de «cyclistes» mais de «personnes faisant du vélo», non plus de «piétons» mais de «personne qui marchent», et plus de «conducteurs» mais de «personnes qui conduisent», etc.

Mais la route vers la reconquête de l'opinion semble encore longue et semée d'embûches.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte