Partager cet article

Le kouign-amann, «la pâtisserie française plus que centenaire dont personne n’a entendu parler»

Véritable kouign amann de Douarnenez. Haltopub via Wikimedia Commons.

Véritable kouign amann de Douarnenez. Haltopub via Wikimedia Commons.

Le dessert breton fait de beurre, de sucre et de pâte fait parler de lui aux États-Unis.

C’est «la pâtisserie française plus que centenaire dont personne n’a entendu parler» (sic): le Boston Globe consacre un long article élogieux au kouign-amann, dessert bien connu des Bretons et des diététiciens.

«Cette pâtisserie n’est pas aussi raffinée que le très populaire macaron, et n’a pas l’attrait mignon d’un cupcake recouvert de glaçage, mais le kouign-amann a la plus importante des qualités: une saveur inégalée. […] Quand vous mordez dedans, vous sentez un empilement de couches de pâte beurrée. […]

 

Les pâtissiers amateurs peuvent tenter d’en faire, comme le montrent certains blogs et sites internet, mais cette pâtisserie est davantage réservée aux professionnels disposant du temps, de l’espace et de la patience pour en produire jour après jour.»

«Pâtisserie la plus grasse de toute l’Europe»

Ce n’est pas la première fois que la presse américaine s’enthousiasme pour la spécialité bretonne. En novembre 2011, c’est In Transit, le blog touristique du New York Times, qui avait vanté «la pâtisserie la plus grasse de toute l’Europe, […] une sorte de croissant pourvu de couches supplémentaires de beurre salé calées dans le feuilletage et d’un enrobage croustillant de sucre caramélisé». Et le site Side Dish, lui, notait déjà à l’époque que le kouign-amann représentait un véritable défi pour les pâtissiers amateurs:

«Le kouign-amann deviendra-t-il le prochain cupcake? Ce scénario est plutôt improbable, car peu de gens le fabriquent à la maison.»

Quatre ans après, la (petite) vogue n'est donc apparemment pas retombée. Il y a un peu plus d'un mois, c'est le Washington Post qui incitait ses lecteurs à en consommer et leur donnait une petite astuce pour savoir en prononcer le nom en société:

«Pensez queen ah-MAHN, comme pour Elizabeth et la capitale de la Jordanie.»

Et il donnait aussi cette statistique qui effraiera toutes les personnes obsédées par leur ligne:

«La définition stricte de Douarnenez [ville d'origine du kouign-amann, ndlr] réclame un pourcentage de 40% de pâte, 30% de beurre et 30% de sucre.»

En septembre dernier, c'est le Telegraph qui en parlait à l'occasion de la mise en rayons de kouign-amann par Marks & Spencer:

«Jusqu'à récemment, la pâtisserie française était tellement inconnue en Grande-Bretagne que, quand elle a fait l'objet d'une épreuve lors de The Great British Bake Off [un concours de télé-réalité pâtissière, ndlr], aucun des boulangers n'en avait entendu parler –une première dans l'histoire de l'émission télévisée.»

Une pâtisserie de San Francisco a même organisé le 20 juin dernier un National Kouign Amann Day, lors duquel l'intégralité du magasin était consacrée à ce gâteau.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte