Partager cet article

La télépathie est le futur de Facebook, et c'est Mark Zuckerberg qui le dit

L'Oculus Rift, simulateur de réalité virtuelle racheté par Facebook | Sergey Galyonkin via Flickr CC License by

L'Oculus Rift, simulateur de réalité virtuelle racheté par Facebook | Sergey Galyonkin via Flickr CC License by

La communication par la pensée est au programme, juste après la réalité virtuelle.

Ce sera le mode de communication ultime. Plus besoin d'ordinateur, ni de smartphone, ni même de parler. Le boss de Facebook pense que l'on sera bientôt en mesure de s'envoyer des messages directement par la pensée.

«Vous penserez à quelque chose et vos amis seront immédiatement capables de partager cette expérience avec vous si vous le désirez», écrit Mark Zuckerberg lors d'une session de townhall Q&A, des questions-réponses en ligne sur son compte Facebook. 

Il explique simplement que, comme nos gros ordinateurs encombrants sont devenus de petits téléphones mobiles que nous pouvons emporter avec nous, nous pourrons sûrement bientôt les miniaturiser encore plus et nous les implanter pour qu'ils puissent lire nos pensées et les transmettre.

Le futur est aussi à la réalité virtuelle...

Pour ce faire, Mark Zuckerberg espère d'abord développer la réalité virtuelle, qui deviendra selon lui «la norme», afin de créer des expériences immersives. La technologie pourra ainsi agir sur les différents sens, comme la vue ou l'ouïe. Facebook peut déjà s'appuyer sur la technologie de l'Oculus Rift, racheté en 2014 pour deux milliards de dollars.

Pour certains, comme le commente le Guardian, ce sera le commencement d'une nouvelle ère de communication qui repoussera les limites de la technologie. Pour d'autres, cela représentera l'intrusion de trop dans leur vie privée et les inventions pour bloquer les effets de la télépathie –comme ces chapeaux en aluminium du plus bel effet nés dans les romans de science-fiction– devraient voir le jour.

...et à l'intelligence artificielle

Zuckerberg a aussi dévoilé quelques-unes de ses ambitions concernant l'intelligence artificielle (IA). «La plupart de nos recherches visent à comprendre le sens de ce que les gens partagent», explique-t-il. L'IA devra être capable de discerner tous les éléments d'une photo, visages, objets, scènes... Et pourra proposer à une personne de se connecter avec d'autres en fonction des intérêts qu'elle a pu discerner dans ses statuts ou ses photos.

Les ambitions de Mark Zuckerberg sont grandes. En plus de vouloir «apporter Internet partout pour connecter tout le monde» et «donner aux gens le pouvoir tout expérimenter» via ces nouvelles technologies, le patron de Facebook gamberge aussi sur des questions plus larges: «Qu'est-ce qui nous permettra de vire pour toujours? Comment soigner toutes les maladies? Comment fonctionne le cerveau?» Ce qui risque de prendre encore quelques années de recherche.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte