Monde

Sept églises noires incendiées en dix jours dans le sud des États-Unis

Temps de lecture : 2 min

Les incidents se multiplient après la tuerie de Charleston.

L'église incendiée de Greeleyville.
L'église incendiée de Greeleyville.

C'est la septième église noire brûlée en dix jours dans le sud des États-Unis. Les flammes ont ravagé le Mount Zion African Methodist Episcopal Church, une église noire historique localisée à Greeleyville, dans la Caroline du Sud, pendant quatre heures ce mardi 30 juin, rapporte le Washington Post. Cet incident inquiète d'autant plus que d'autres faits similaires ont eu lieu ces deux dernières semaines dans des États voisins.

L'incendie de Greeleyville s'est produit tout juste dix jours après la tuerie commise dans l'église noire Emanuel African Methodist Episcopal Church de Charleston, qui a fait 9 morts, à 89 kilomètres de là. Le drame avait laissé le pays en état de choc et relancé le débat public sur le racisme dans le sud des États-Unis.

En juin 1995, l'église à Greeleyville avait été mise à feu une première fois. Deux hommes ayant des liens avec le groupe suprémaciste blanc Ku Klux Klan avaient alors été arrêtés, explique le quotidien américain. Pour la série d'incendies actuelle, l'enquête est toujours en cours. Des internautes se sont tournés vers les réseaux sociaux pour tenter d'alerter l'opinion sur ces incidents à répétition. Sous le hashtag, #WhoIsBurningBlackChurches, un grand nombre d'entre eux propagent des théories liées au racisme.

Deux des feux d'origine accidentelle?

Au moins deux de ces incendies seraient d'origine accidentelle, selon les premiers éléments des enquêtes en cours, explique NPR, la radio publique aux États-Unis. En revanche, des motifs criminels ne sont pas exclus pour expliquer les incidents survenus à Knoxville, dans le Tennessee, le 22 juin, à Macon, en Géorgie, le 23 juin, à Charlotte, en Caroline du Nord, et à Warrenville, en Caroline du Sud, le 24 juin.

À la réouverture de l'église Mount Zion à Greeleyville après le feu de 1995, l'ancien président Bill Clinton avait déclaré:

«Ils ont pu détruire le bâtiment, mais pas la foi... Nous voyons dans la reconstruction de cette église que les fausses idoles de la haine et de la division n'ont pas gagné.»

Vingt ans plus tard, la réconstruction devra se faire à nouveau. Preuve que la page du racisme n'a pas encore été tournée.

Slate.fr

Newsletters

Arrêtez de croire que les gens ne lisent plus aux États-Unis

Arrêtez de croire que les gens ne lisent plus aux États-Unis

«Nous sommes une nation de lecteurs», assure la directrice exécutive de la National Book Fondation.

Le mur est tout ce qu'il reste à Trump

Le mur est tout ce qu'il reste à Trump

L’état d’urgence signé par Trump n’est qu’une nouvelle manifestation de son obsession pour un mur qui, loin de protéger les États-Unis, a pour fonction de sauver la peau présidentielle.

«Même en prenant perpétuité, je n’aurais jamais le temps d’apprendre tout ce que je veux ici!»

«Même en prenant perpétuité, je n’aurais jamais le temps d’apprendre tout ce que je veux ici!»

Du temps du shah, dans les geôles iraniennes, entre deux séances de torture, les prisonnières et détenus politiques s'en sont remis à la culture.

Newsletters