Sciences

Mourir d'une chute d'astéroïde est bien plus probable que vous ne le croyez

Temps de lecture : 2 min

Les astéroïdes sont la plus grande menace d'extinction de la planète même si nous n'en parlons presque jamais, notamment à cause des enjeux économiques sous-jacents.

Impact d'astéroïde | Jeroen Doorenweerd via Flickr CC License by
Impact d'astéroïde | Jeroen Doorenweerd via Flickr CC License by

Il y a 65,5 millions d'années, une chute d'astéroïde a causé l'extinction de plus de la moitié des espèces de la planète. Une bête boule de roche et de carbone d'une quinzaine de kilomètres de large sortie de nulle part et nos regrettés dinosaures ont été rayés de la carte. Si elle ne veut pas connaître le même destin, l'espèce humaine doit garder à l'esprit que le risque que le scénario se répète n'est pas si réduit.

Alex Tabarrok and Tyler Cowen, deux économistes de l'université américaine George Mason, interviewés par le Washington Post, ont conclu que la probabilité que vous avez de mourir d'un crash d'astéroïde est aussi importante que celle de mourir dans un crash d'avion. En effet, même si la probabilité qu'un astéroïde atteigne la Terre est faible, le taux de mortalité serait dans ce cas exceptionnellement élevé.

La Nasa s'est efforcée de recenser et de cartographier les astéroïdes les plus gros et les plus proches de notre planète bleue, mais les plus petits lui échappent encore –rappelons qu'il en suffit d'un de quelques centaines de mètres de large pour raser une ville– et ils sont nombreux. D'après «l'Asteroid Day Declaration», elle en a découvert moins de 10.000, soit 1% d'entre eux.

Qui va payer pour dévier l'astéroïde?

Politique intérieure ou politique spatiale: même combat. À l'arrivée, le problème est de savoir qui va payer la facture. Pour le moment, nous investissons peu d'argent pour assurer notre sécurité contre les astéroïdes (que l'on pourrait dévier ou détruire selon les cas).

Comme l'expliquent les deux économistes américains, si personne ne se décide à allonger la monnaie le premier, c'est pour ne pas être la bonne poire de l’histoire: puisque, que cette défense soit payée par un gouvernement ou une société privée, c’est l'ensemble de la population qui en profitera. L'idée que la planète entière est potentiellement menacée d'une extinction violente et irrémédiable devrait pourtant aider à mettre tout le monde d'accord.

Slate.fr

Newsletters

On a enfin trouvé la technique pour casser un spaghetti en deux

On a enfin trouvé la technique pour casser un spaghetti en deux

Et pas en trois, ni en quatre. C'est important.

«Une telle histoire est-elle classique dans le milieu des sexfriends?»

«Une telle histoire est-elle classique dans le milieu des sexfriends?»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Y., une jeune femme qui s'interroge sur la véritable nature de la relation qu'elle vit avec son sexfriend.

«Cette histoire de statues, ça me permet de vivre encore plus de sexe dans ma vie»

«Cette histoire de statues, ça me permet de vivre encore plus de sexe dans ma vie»

Ruth aime les statues, mais plus que vous l'imaginez. Le type d'attirance qu'elle ressent s'appelle du pygmalionisme (ou de l'agalmatophilie, au choix).

Newsletters