FranceCulture

La nouvelle revue du Crazy Horse met en scène la crise

Slate.fr, mis à jour le 15.09.2009 à 14 h 59

La nouvelle revue du «temple international du nu chic», le Crazy Horse, verra le jour le 21 septembre. Le site suisse 24 Heures dévoile le nouveau spectale, Désirs, conçu par le designer d'origine iranienne, Ali Mahdavi et par le nouveau metteur en scène du célèbre cabaret parisien, Philippe Découflé. Mahdavi et Découfflé sont les premiers hommes à être nommés à la gestion du Crazy Horse, après le suicide de Alain Bernardin, en 1994.

Bernardin avait été l'inventeur du «nu chic» en habillant les corps par des projections de motifs géométriques afin de se distinguer des cabarets «à plumes» comme le Lido. Molly Molloy, passé désormais au Paradis Latin, faisait vivre, depuis 15 ans, cet héritage artistique. Créé en 1951, le Crazy Horse a été vendu en 2005 par la famille Bernardin à un investisseur belge, Philippe Lhomme. En octobre 2008, Philippe Decouflé a été recruté comme directeur artistique pour «remettre la création au coeur de ce lieu mythique», selon la direction.

Le nouveau spectacle de la Revue met en scène, entre autre, une femme, présidente de multinationale qui, au bord de la crise de nerfs, se lance dans un effeuillage, avec les cours du CAC40 projetés sur son corps. «J'ai tenté de m'inscrire dans le renouveau par la continuité avec un langage et des outils d'aujourd'hui», a déclaré le chorégraphe à l'AFP. Il a dû toutefois renoncer à des idées jugées trop avant-gardistes par la direction du cabaret, notamment un tableau final sur une musique reggae avec des danseuses à moitié nues, en pantalons baggy.

Philippe Decouflé a également rajouté «Le Crazy réunit tout ce qui me passionne : les femmes, les corps, la danse. La scène de ce cabaret est commun un écrin pour une idée: des filles splendides, nues, en talons aiguilles et habillées de lumières». Pour anticiper les polémiques des groupes féministes, le nouveau metteur en scène a précisé qu'il respecte l'esprit défendu par Alain Bernardin d'une femme célébrée au Crazy Horse. Une femme qui n'est jamais soumise, ni rabaissée «Elle utilise sa séduction pour s'affirmer et être la plus forte, en étant constamment désirable».

[Lire l'article complet sur le site de 24 Heures]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une:Les filles du Crazy Horse. CRédit photo: Crazy Horse
Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte