Partager cet article

Une campagne de crowdfunding pour renflouer la Grèce

La queue à un distributeur automatique à Athènes, le 28 juin 2015. REUTERS/Alkis Konstantinidis.

La queue à un distributeur automatique à Athènes, le 28 juin 2015. REUTERS/Alkis Konstantinidis.

Plus de 5.000 personnes ont déjà donné 83.000 euros sur IndieGoGo afin de financer le fond de renflouement de la Grèce.

Il manque toujours un peu plus de 1,5 milliard d'euros mais plus de 5.000 personnes ont déjà donné 83.000 euros sur IndieGoGo afin de financer le fond de renflouement de la Grèce, «par le peuple, pour le peuple».

Sur la page du projet de financement participatif, le créateur britannique de 29 ans indique qu'il commençait à en avoir marre de «tout ce tramage autour de la Grèce»:

«503 millions de personnes vivent dans l'Union européenne. Si nous envoyons tous quelques euros, on pourra rétablir la Grèce et avec un peu de chance les remettre sur la bonne voie. Facilement.»

Interviewé par BuzzFeed, Thom Feeney dit qu'il en avait marre des politiques et de leur posture et a «décidé que peut-être que les Européens pourraient aider le peuple grec».

Feta, ouzo et cartes postales en contrepartie

Au programme des contreparties: des cartes postales d'Alexis Tsipras, de la feta, des salades d'olives, de l'ouzo et du vin grec.

Pour 5.000 euros, vous pourrez partir en Grèce à deux, pour une semaine –tout compris– et, pour un million d'euros, «vous n'aurez pas beaucoup plus que ce que l'on a mis plus haut, mais vous recevrez beaucoup de gratitude de la part des citoyens européens et des Grecs plus particulièrement».

Pour quiconque arrivait à donner 1,6 milliard d'euros, une île grecque était prévue au départ, mais IndieGoGo a envoyé un email aux responsables du projet expliquant que, puisque le gouvernement grec n'avait pas officiellement accepté, il était impossible de laisser cette contrepartie.

«Une femme grecque m'a envoyé un email en disant qu'elle trouvait cela blessant, ce pour quoi je me suis excusé abondament. Je ne voulais pas blesser qui que ce soit. Je pensais juste à quelque chose de la taille d'Inchmarnock, en Écosse, que je vendrais sans aucun doute si cela pouvait sauver l'économie britannique.»

 

Sept jours pour trouver 1,59 milliard

Il reste encore sept jours pour fonder le projet. Ce qui reviendrait à devoir récolter près de 229 millions d'euros par jour, soit 9,5 millions d'euros par heure, ou un peu moins de 159.000 euros par minute et un peu moins de 2.650 euros par seconde.

À ce rythme, le temps d'écrire cet article, près de 10.000 euros pourraient être récoltés. Si l'objectif n'est pas atteint, tous les donneurs récupéreront leur argent.

Il ne reste plus que 1.590.910.000 euros à trouver.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte