Sciences

Il y a des trillions de poissons qui changent de sexe au fond des océans

Temps de lecture : 2 min

L’espèce vertébrée la plus abondante sur Terre vit à quatre kilomètres au fond de l'océan et commence sa vie en tant que mâle avant de devenir parfois femelle.

Un «bristlemouth» (Gonostoma elongatum) pêché dans le Golfe du Mexique | SEFSC Pascagoula Laboratory/Collection of Brandi Noble, NOAA/NMFS/SEFSC via Flickr CC License by
Un «bristlemouth» (Gonostoma elongatum) pêché dans le Golfe du Mexique | SEFSC Pascagoula Laboratory/Collection of Brandi Noble, NOAA/NMFS/SEFSC via Flickr CC License by

Le vertébré le plus abondant sur terre est un petit poisson qui luit dans les profondeurs de l'océan et change de sexe au cours de sa vie. Il est plus petit qu'un doigt et il y en a des centaines de trillions sur terre.

Ce poisson de la famille des Gonostomatidae s'appelle le «bristlemouth», ou poisson à bouche hérissée, et il a la particularité de pouvoir ouvrir sa bouche extrêmement grand. «Ils sont partout. Tout le monde est d'accord qu'ils sont les plus abondants sur la planète», explique le biologiste marin Bruce Robison au New York Times.

Ce poisson qui vit à environ quatre kilomètres au fond de l'océan commence sa vie en tant que mâle et devient parfois femelle. Le New York Times explique que le mot scientifique désignant ce changement de sexe est hermaphrodite protandre. D'autres poissons, vers de terre et papillons ont la même particularité.

Obscurité des profondeurs

Le mâle de ce poisson des profondeurs est plus petit que la femelle et a un sens de l'odorat plus développé, ce qui lui permet de trouver des partenaires dans l'obscurité. Les points luisants qui sont sur son abdomen permettent probablement aux bristlemouths de se camoufler. En effet, dans l'obscurité des profondeurs, les prédateurs repèrent les silhouettes des proies et la contre-illumination permet d'atténuer les ombres visibles.

L'existence des bristlemouths a été découverte à la fin du XIXe siècle lors des expéditions du H.M.S. Challenger, un navire anglais de recherche océanographique, avec des chercheurs qui plongeaient des filets dans les profondeurs des mers. Dans les années 1930, l'explorateur William Beebe a utilisé une bathysphère pour explorer les profondeurs au large des Bermudes et il a été le premier à observer ces créatures dans leur habitat sombre.

C'est ensuite à partir de 2010 que l'incroyable quantité de ces créatures a été confirmée par de nombreuses expéditions des profondeurs.

Selon Bruce Robison, le biologiste marin qui utilise un robot pour explorer les profondeurs de l'océan Pacifique au large de la Californie, il existe encore probablement un million d'espèces inconnues dans les profondeurs marines.

Slate.fr

Newsletters

Avec l’évolution, deviendrons-nous immunisés contre les maladies?

Avec l’évolution, deviendrons-nous immunisés contre les maladies?

L'histoire de la tuberculose est à ce titre instructive.

Se reproduire jeune pour feinter les virus

Se reproduire jeune pour feinter les virus

Telle semble être la stratégie de certaines grenouilles pour éviter l'extinction.

L'aveuglement des sciences sociales aux sciences naturelles creuse leur propre tombeau

L'aveuglement des sciences sociales aux sciences naturelles creuse leur propre tombeau

Comme l'expose le sociologue Laurent Cordonier, il n'est plus possible d'ignorer la nature du social.

Newsletters