Monde / Égalités

Les gays et lesbiennes commencent à se marier dans les Etats américains les plus conservateurs

Temps de lecture : 2 min

La Cour suprême vue depuis derrière un drapeau rouge, le 26 juin 2015.  REUTERS/Joshua Roberts.
La Cour suprême vue depuis derrière un drapeau rouge, le 26 juin 2015. REUTERS/Joshua Roberts.

Quelques heures après la décision de la Cour suprême de légaliser le mariage homosexuel sur tout le territoire américain, vendredi 26 juin, des couples gays et lesbiens faisaient déjà la queue dans les tribunaux et mairies locales pour obtenir leur licence de mariage.

La décision de la Cour rend possible le mariage homosexuel dans les 13 Etats qui avaient jusqu'ici refusé de le légaliser. Ces Etats réfractaires sont presque tous des red states, où la population vote républicain aux présidentielles et où l'opinion publique n'est pas favorable au mariage gay. Parmi eux, il y a notamment le Texas, l'Arkansas, le Kentucky, le Mississippi, la Louisiane et le Tennessee, où de nombreux élus locaux sont violemment opposés au mariage homosexuel.

Qu'un couple homosexuel puisse se marier à New York est une chose, mais que ces mariages soient possibles en plein coeur de l'Amérique conservatrice est un symbole fort. Sur Twitter, les internautes ont célébré les premiers couples à se marier dans ces Etats républicains.

«Première licence de mariage homosexuel en Arkansas après la décision de la Cour Suprême.»

«Le deuxième couple homosexuel à se marier au tribunal de Fulton County en Géorgie remplit des papiers en pleurant.»

«A Dallas, au Texas, les premiers à se marier étaient George Harris et Jack Evans, deux octogénaires qui sont ensemble depuis 54 ans»

Le procureur général et le gouverneur du Texas ont tous les deux critiqué la décision de la Cour suprême, et affirmé qu'ils feraient tout leur possible pour octroyer une clause de conscience aux employés municipaux qui refuseraient de procéder à ces unions pour des raisons religieuses.

Mais dans les faits, la grande majorité des comtés texans étaient déjà prêts à appliquer la nouvelle loi. Selon Buzzfeed, deux couples n'ont pas pu obtenir leur licence dans le comté de Denton, où les employés municipaux ont expliqué qu'ils attendaient les ordres du procureur. Mais comme l'explique le Wall Street Journal, un couple auquel on refuserait une licence de mariage pourrait demander à un juge fédéral d'ordonner aux employés de respecter la loi.

Dans le Nebraska, le gouverneur Pete Ricketts a précisé que 70% des résidents de l'Etat avaient approuvé un amendement selon lequel le mariage ne pouvait avoir lieu qu'entre un homme et une femme. Mais il a dit qu'il respecterait malgré tout la nouvelle loi.

«Barbara DiBernard et Judith Gibson s'embrassent après avoir obtenu la première licence de mariage homosexuel dans le Nebraska.»

Jusqu'ici, c'est la Louisiane et le Mississippi qui semblent le plus résister à la décision. Le procureur général de Louisiane a annoncé que selon lui, rien ne l'obligeait à appliquer la nouvelle loi immédiatement. Et dans le Mississippi, le procureur a expliqué qu'il attendait une décision d'un tribunal local. Mais dans les deux cas, le délai ne devrait pas être trop long.

«Premier couple dans la queue pour obtenir une licence de mariage dans la Nouvelle Orléans. On leur a dit que le bureau n'était pas prêt. Maintenant, ils attendent.»

L'autre tentative désespérée de résister à la loi vient d'un petit comté d'Alabama, où le juge local a décrété que plus aucune licence de mariage ne serait distribuée, ni pour les homos ni pour les hétéros.

Newsletters

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 10 au 16 avril 2021

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 10 au 16 avril 2021

Retrait des États-Unis d'Afghanistan, regain de tensions en Ukraine et évolution de la pandémie... La semaine du 10 au 16 avril 2021 en images.

Une compagnie énergétique espagnole poursuivie pour électrocution d'oiseaux

Une compagnie énergétique espagnole poursuivie pour électrocution d'oiseaux

Environ 33.000 oiseaux de proie meurent par électrocution chaque année sur la voie migratoire espagnole, à cause de pylônes et de câbles aériens mal isolés.

Au Brésil, les femmes sont incitées à retarder leur grossesse à cause du Covid-19

Au Brésil, les femmes sont incitées à retarder leur grossesse à cause du Covid-19

Le variant P1, devenu majoritaire dans plusieurs régions du Brésil, a un taux de transmission bien plus élevé que la souche classique du coronavirus.

Podcasts Grands Formats Séries
Newsletters