La traite négrière transatlantique résumée en une infographie de deux minutes

315 années, 20.528 voyages et des millions de vies.

D'habitude, quand nous évoquons «l'esclavage américain» ou «la traite américaine des esclaves», nous faisons référence aux colonies américaines ou, plus tard, aux Etats-Unis. Mais quand on s'intéresse à la traite négrière dans son ensemble, l'Amérique du nord ne joue qu'un rôle secondaire.

Depuis le début de la traite, au XVIe siècle, jusqu'à sa fin, au XIXe siècle, les marchands d'esclaves ont transporté la plupart des Africains asservis à deux endroits: dans les Caraïbes et au Brésil. Parmi les plus de 10 millions d'esclaves africains qui sont finalement arrivés de l'autre côté, 388.747 –moins de 4% du total– sont arrivés en Amérique du nord. Contre 1,3 million en l'Amérique centrale, appartenant alors à l'Espagne, 4 millions amenés dans les colonies britanniques, françaises, néerlandaises et danoises dans les Caraïbes et 4,8 millions transportés au Brésil.

Cette carte interactive conçue par Andrew Kahn donne une idée de l'échelle de la traite transatlantique des esclaves dans le temps, ainsi que des flux et des éventuelles destinations. Les points –chacun représentant un navire négrier– correspondent également à l'ampleur du transport. Plus le point est grand, et plus nombreux étaient les esclaves à bord. Si vous mettez la carte sur pause et que vous cliquez sur un point, vous apprendrez la nationalité du naviree –son point de départ, sa destination et son histoire au cours de la traite négrière. Cette carte couvre plus de 20.000 voyages archivés dans la base de données de la traite transatlantique des esclaves. (Nous avons exclu les voyages pour lesquels les informations étaient vagues ou incomplètes) Le graphique en dessous synthétise les données accumulées –et encore, celles-ci ne représentent qu'une partie de la traite négrière, environ la moitié du nombre des esclaves africains qui ont été transportés depuis le continent.

Quelques tendances ressortent. Premiers États européens à disposer d'une forte présence dans le Nouveau monde, le Portugal et l'Espagne priment durant le début de la traite transatlantique, transportant des centaines de milliers de personnes asservies vers leurs colonies en Amérique centrale, du Sud et dans les Caraïbes. Le rôle des Portugais ne cesse de croître en importance au long des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles.

Au XVIIIe siècle, par contre, le transport espagnol diminue et est dépassé par l'activité britannique, française, néerlandaise et –vers la fin du siècle– américaine. Ce siècle –de 1725 à 1825 environ– marque également le point culminant du commerce des esclaves, le moment où les Européens ont envoyé plus de 7,2 millions de personnes vers le travail forcé, les maladies et la mort au Nouveau monde.

Durant les dernières décennies de la traite transatlantique, le Portugal reprend son statut d'esclavagiste principal, envoyant 1,3 million de personnes vers l'ouest, la plupart au Brésil. L'Espagne redevient également une nation de premier plan dans la traite esclavagiste, avec 400.000 esclaves. Le reste des nations européennes, en revanche, a largement mis fin à la traite négrière.

À la fin de la traite transatlantique, les Européens avaient asservi et transporté plus de 12,5 millions d'Africains. Au moins 2 millions n'ont pas survécu au voyage, selon des estimations d'historiens.

Partager cet article