Tech & internet

Sans les taxis parisiens, Uber n'existerait pas

Temps de lecture : 2 min

L'histoire se passe en 2008, sous la neige, à Paris.

L'application Uber. REUTERS/Mario Anzuoni
L'application Uber. REUTERS/Mario Anzuoni

Les manifestations et échauffourées qui ont marqué la semaine de mobilisation des chauffeurs de taxis contre les chauffeurs de VTC et conducteurs Uber Pop prennent un relief particulier quand on connaît l'histoire d'Uber. C’est en effet à Paris, alors qu’ils attendaient un taxi sous la neige, que Garrett Camp et Travis Kalanick, deux des trois cofondateurs d’Uber, ont eu l’idée d’un service de chauffeurs à la demande.

L’anecdote est connue, et ironique. La presse américaine surtout, peu avare de piques à l’égard d'une France vue comme le pays des grèves, s’en est largement fait l’écho. Fin 2014, par exemple, Vanity Fair la racontait dans un portrait du cofondateur d'Uber Travis Kalanick:

«Comme dans toutes les histoires enchantées, Uber est né lors d’une nuit enneigée à Paris en 2008, alors que Kalanick et son ami Garrett Camp n’arrivaient pas à attraper un taxi. Les deux se sont alors promis de trouver une solution avec une application révolutionnaire. La promesse était extrêmement simple: pousser un bouton et trouver une voiture.»

Les deux hommes, qui venaient de vendre leur start-up respective pour plusieurs dizaines de millions d’euros, étaient venus en Europe pour assister à la conférence tech annuelle LeWeb, en quête d’une nouvelle idée d’investissement. La suite, c’est Travis Kalanick qui l'écrit sur le site d’Uber:

«La grande idée de Garrett était de mettre fin au problème de taxi de San Francisco. […] L’idée qu’il avait en tête à Paris cet hiver-là a commencé comme un service partagé de limousine. Je pense que son idée originale était que nous nous divisions les coûts du chauffeur, de la Mercedes classe S et de la place de parking, et que je puisse utiliser une application pour iPhone pour me balader autour de San Francisco à la demande. Hilarant! Bien sûr, les choses ont un peu changé depuis ;).»

Moins de sept ans plus tard, Uber est devenue une entreprise extrêmement valorisée. Sans même avoir fait son introduction en Bourse, elle pèse déjà 40 milliards de dollars.

Slate.fr

Newsletters

Le travail du sexe bouleversé par la fermeture du site américain Backpage

Le travail du sexe bouleversé par la fermeture du site américain Backpage

Aux États-Unis, les mesures répressives contre le trafic sexuel en ligne ont transformé le business de la prostitution et fragilisé l’activité des travailleurs et travailleuses du sexe.

En Indonésie, le compte Instagram d'un dessinateur de personnages homosexuels mystérieusement supprimé

En Indonésie, le compte Instagram d'un dessinateur de personnages homosexuels mystérieusement supprimé

Le Gouvernement indonésien assume avoir demandé la suppression de ce compte au réseau social, qui dément pour sa part avoir satisfait à sa demande.

Twitter, vecteur de la haine ordinaire

Twitter, vecteur de la haine ordinaire

À la lumière des agissements outranciers de la Ligue du LOL, il est temps de dénoncer ce médium dont on détourne la raison première pour mieux distiller sa petite haine au quotidien.

Newsletters