Partager cet article

Les hommes devraient-ils congeler leur sperme dès leur majorité?

Dan Marino dans une publicité en 1998. REUTERS/Marc Serota

Dan Marino dans une publicité en 1998. REUTERS/Marc Serota

C’est une information de la BBC. Elle est issue du Journal of Medical Ethics, et d’une correspondance du Dr Kevin Smith (School of Science, Engineering and Technology, Abertay University, Dundee).

Ce spécialiste britannique aimerait que chaque citoyen puisse faire conserver son sperme congelé dès sa majorité. Il fait tout simplement preuve de pragmatisme: les résultats des dernières études génétiques de séquençage établissent avec certitude que les spermatozoïdes des hommes âgés comportent un plus grand nombre de mutations (survenues de novo) que ceux des hommes  plus jeunes.

Génétique, éthique, eugénique

Certes la plupart de ces mutations génétiques sont neutres ou n’auraient qu’un très faible impact sur le phénotype des enfants que ces spermatozoïdes pourraient engendrer. Pour autant, une minorité d’entre elles présenteraient peut-être un risque quant à la normalité de ces futurs enfants. Un phénomène à relier avec la tendance actuelle des paternités de plus en plus tardives.

En d’autres termes l’âge du père est une triple variable: génétique, éthique, eugénique. Et les enfants de pères âgés pourraient, demain, s’estimer «lésés ». Conçus à partir de spermatozoïdes plus «jeunes» ils auraient bénéficié d’un meilleur capital génétique.

Banques de congélation

Pour le Dr Smith, il y a mieux à faire que simplement inciter à devenir père dès que possible: l’Etat doit créer des banques de congélation, des banques ouvertes à tous où les jeunes gens pourront, dès leur majorité, faire des dépôts de sperme...

Le temps presse. En Angleterre et au Pays de Galles l’âge moyen de la paternité ne cesse de reculer. Il est passé de 31 ans au début des années 1990 à 33 ans aujourd’hui. Sans vouloir fixer des normes trop strictes le Dr Smith estime qu’à partir de la quarantaine les hommes souhaitant devenir père devraient commencer à utiliser leurs dépôts bancaires de manière à engendrer avec les spermatozoïdes adolescents.

Débat

Cette proposition commence à faire débat outre Manche. «C’est l’une des suggestions les plus ridicules que j’ai entendue depuis longtemps» a déclaré le Pr Allan Pacey, spécialiste d’andrologie à l’université de Sheffield. Il précise que les risques génétiques associés à des paternités tardive ssont minimes et souligne les difficultés pratiques qui résulteraient d’une telle procédure, les femmes concernées devant alors avoir recours à des techniques de procréation médicalement assistée.

Le Pr Adam Balen, président de la British Fertility Society, est lui aussi en désaccord avec une telle proposition:

«Non seulement il s’agit là d’une approche très artificielle de la procréation, mais elle pourrait donner un faux sentiment de sécurité»

En France l’auto-conservation de sperme (recueilli par auto-masturbation)  n’est autorisée que dans le cas où il existe un risque à venir de stérilité. Certains l’envisage dans le cadre d’une vasectomie à des fin contraceptives. La question (éthique et économique) est ouverte de savoir si des banques privées de congélation pourraient voir le jour sur le sol français.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte