Partager cet article

New Order, AC/DC, Led Zeppelin... Comment survivre au décès d'un membre du groupe?

Façade reprenant un célèbre titre de Joy Division | Duncan Hull via Flickr CC License by

Façade reprenant un célèbre titre de Joy Division | Duncan Hull via Flickr CC License by

Né sur les cendres de Joy Division en 1980, New Order a annoncé la sortie d'un nouvel album à l'automne prochain après dix ans d'interruption. D'autres groupes ont aussi dû s'adapter pour survivre à la mort de l'un des leurs.

Après dix ans sans sortir d'album studio, le groupe anglais New Order revient. Un nouvel effort, «Music Complete», sortira le 25 septembre, sur leur label Mute. Construit sur les cendres du groupe Joy Division après la mort du leader et chanteur Ian Curtis le 18 mai 1980, New Order est l'une des rares formations à avoir su rebondir artistiquement après un tel traumatisme. Leur recette: faire table rase et repartir sur de nouvelles bases. Mais ce n'est qu'une possibilité parmi d'autres. Passage en revue de six stratégies de survie (ou pas).

 

1.Tout reprendre à zéro et renaître de ses cendres

Lorsque Ian Curtis est retrouvé pendu chez lui dans sa cuisine, son groupe Joy Division est à deux doigts de confirmer sont statut de grand espoir du rock anglais. Le 18 mai 1980 est la veille du départ des Mancuniens pour une première tournée américaine. 


Avec le décès du chanteur, le groupe perd son âme, ses projets. Mais les trois membres restants ne s'avouent finalement pas vaincus. Quelques semaines après seulement, ils créent New Order. Le guitariste Bernard Sumner passe au chant, Peter Hook et Stephen Morris assurent toujours la section rythmique basse-batterie, et Gillian Gilbert vient s'ajouter au line-up avec ses synthés. Trente-cinq ans et quelques changements de membres plus tard (Peter Hook a claqué la porte pour de bon en 2007), le projet tient toujours, et a su se détacher de l'étiquette «projet bis des membres de Joy Division». Un tour de force rarissime à un tel niveau de notoriété.


Dans la même veine, le groupe californien Sublime, auteur des hits What I Got et Santeria, a aussi perdu son frontman. C'était le 25 mai 1996 en pleine tournée, et Bradley Nowell était retrouvé sans vie dans sa chambre d'hôtel, décédé suite à une overdose d'héroïne à 28 ans. L'année suivante, les membres restants forment Long Beach Dub All Stars, et produisent deux albums dans la lignée artistique de Sublime, succès à la clé.

 

2.Tourner la page, le traumatisme étant insurmontable

Malheureusement, tous les groupes n'ont pas eu la force de New Order. Nirvana, bien sûr, qui ne se relèvera pas du suicide de Kurt Cobain en 1994 (même si Krist Novoselic et Dave Grohl parviendront à couronner la suite de leur carrière de succès mondiaux). Mais aussi le duo The Delmore Brothers. De 1931 à 1952, Alton et Rabon Delmore forment une paire inséparable dans la musique comme dans la vie. Lorsque Rabon décède en 1952, Alton stoppe brutalement toute activité artistique.


Citons D12, le crew d'Eminem, qui n'a pas su réellement survivre au décès du rappeur Proof en 2006, mais aussi les groupes Snot, Hanoi Rocks, The Carpenters... Et Damageplan. Le 8 décembre 2004, le guitariste Dimebag Darrell, auparavant fondateur et guitariste de Pantera, est en concert avec sa nouvelle formation à Colombus, Ohio. Le barbu est assassiné par balle sur scène. Fan de Pantera, Nathan Gale dira n'avoir jamais digéré la séparation de son groupe fétiche, selon lui imputable à Darrell. Trois autres personnes présentes dans le public décèdent elles aussi. La communauté metal est en deuil, Damageplan aussi. Sauf que ces derniers ne s'en relèveront jamais.

 

3.Manger le défunt

Mention spéciale au groupe de black metal norvégien Mayhem. En 1991, leur chanteur, Per Yngve Ohlin, alias Dead, se tire une balle dans la tête à son domicile, laissant derrière lui une note: «Excuse all the blood». Les autres membres du groupe découvrent son corps, et dans ce qui peut être considéré comme un éclair de folie ou de génie, photographient le cadavre de leur pote, toute cervelle dehors. L'image sera d'ailleurs utilisée comme pochette du bootleg de Mayhem Dawn of The Black Hearts. Selon la légende, ils auraient aussi avalé quelques morceaux de cervelles de Dead, faisant hommage à une vieille tradition viking. Le groupe continue sa carrière, mais le guitariste Euronymous (qui se serait aussi confectionné un collier à partir des bouts de cervelle ) est assassiné en 1993. La formation survit une nouvelle fois. Belle perf'.

 

4.Continuer sans jamais combler le vide

Certainement la catégorie la plus fournie. Nombre de formations endeuillées ont continué à produire et à tourner. The Doors suite au décès de Jim Morrison, The Who après la mort de Keith Moon ou encore Kiss après la disparition d'Eric Carr, mais aussi INXS (Michael Hutchence), Toto (Jeffrey Porcaro), Suicide Silence (Mitch Lucker)... Tous ont perdu un membre clé, mais ont continué l'aventure. Point commun cependant, ils n'ont jamais retrouvé leur potentiel créatif après le drame (même si Toto a su rebondir longtemps après).

 

En pleine gloire après la sortie de leur Live at Fillmore East, The Allman Brothers Band perdent leur guitariste Duane Allman, l'un des plus doués de sa génération, le 29 octobre 1971, dans un accident de moto. Si le groupe continue tout de même à se produire durant une dizaine d'années (ils se reformeront en 1988), ils n'égaleront jamais le succès critique et commercial engrangé par Live at The Fillmore East, sur lequel le fantôme de Duane Allman plane de bout en bout.


Pour le groupe Def Leppard l'après a été compliqué à gérer. Après le décès de leur gratteux Steve Clarke, en 1991, les choses n'ont plus jamais été les mêmes. Le drame est très difficile à gérer pour le groupe, qui, s'il trouve un remplaçant en la personne de Vivian Campbell, change radicalement de style pour s'engouffrer dans un son bien plus commercial et radiophonique. Si certains albums post 91 parviennent à (très) bien se vendre, beaucoup de fans regretterons le Def Lep époque Steve Clarke.

 

5.Poser les bases d'un mythe et l'entretenir

Pour cela, il faut déjà être un groupe auquel on voue un culte. C'est le cas de Led Zeppelin lorsque leur batteur John Bonham décède le 25 septembre 1980. Après une carrière monstrueuse, ils ont sorti un an plus tôt leur dernier album In Through The Outdoor, considéré par beaucoup comme leur moins audacieux. Led Zeppelin décline légèrement et le décès de Bonham n'arrange rien. Le groupe décide de tout stopper. Jimmy Page, Robert Plant et John Paul Jones continuent des carrières solo ponctuées de succès, se retrouvant à quelques occasion (notamment le duo No Quarter formé par Plant et Page), mais Led Zeppelin est mort. Jusqu'en 2007 et le premier concert réunissant les trois membres restant sous cette appellation, Jimmy Page n'aura de cesse d'entretenir le mythe Led Zep, à grand coup de raretés, de rééditions, de communication très calculée et de rétrospectives glorieuses.


 

Il en va de même pour le groupe Queen qui, après le décès de son chanteur Freddie Mercury le 24 novembre 1991 (le même jour qu'Eric Carr de Kiss), continuera à faire de son frontman une figure rock culte. Cette fois, la méthode est un poil différente. Ils publient plusieurs albums issus de chutes de studios et d'enregistrements datant du vivant de Mercury. Queen ne se sépare pas, et invite plusieurs chanteurs à les accompagner sur leurs tournée: Paul Rodgers, Adam Lambert ou plus récemment Fun. La jeune génération se frotte au patrimoine que Brian May et Roger Taylor entretiennent, faisant de ces collaborations de véritables hommages à Mercury.

 

6.Se relever et trouver un nouveau souffle

De nombreuses formations sont parvenues à trouver dans le décès d'un de leurs membres phares les bases d'un nouveau départ. Parfois, plus le traumatisme est grand, plus le regain artistique est fort. C'est le cas des groupes The Pretenders (après les décès successifs de James Honeyman-Scott et de Pete Farndon), Metallica (qui perd son bassiste Cliff Burton) ou même Indochine (Stéphane Sirkis) et Pennywise (après le suicide de Jason Thirsk).


L'archétype du genre est le groupe AC/DC. Au sommet, les Australiens perdent leur chanteur le 19 février 1980, Bon Scott, qu s'étouffe dans son vomi après une murge de l'enfer. Le groupe fait alors appel à Brian Johnson, auparavant chanteur de Geordie, pour le remplacer. Leur premier album sous ce line-up est Back in Black, un hommage à Scott, et reste à ce jour le deuxième album le plus vendu de tous les temps, derrière Thriller de Michael Jackson, juste devant The Dark Side Of The Moon de Pink Floyd. Et si, de 1983 à la fin des années 119980, le groupe décline et est en proie à de fortes animosités internes, le succès est de retour dans les nineties et jusqu'à nos jours.


Plus récemment, c'est Catherine Ringer, moitié des Rita Mitsouko, qui a perdu son compère de mari, Fred Chichin, en 2007. Très vite, elle reprend une carrière solo ponctuée par plusieurs tournées des festivals et un album Ring'n'Roll, dont les ventes explosent. Elle mène aussi plusieurs projets parallèle, notamment Plaza Francia avec Gotan Project.


En 2009, les Avenged Sevenfold, groupe de heavy metal californien, perdent leur batteur The Rev. Pilier musical de la formation, ami d'enfance des autres membres. Mais le groupe n'abandonne pas et trouvera le moyen de s'étendre davantage sur la scène internationale, à sortir des albums régulièrement, et à lancer nombre de projets et de tournée, faisant grimper sa considérablement sa notoriété. Il rendront notamment hommage à The Rev dans la chanson So Far Away, une ballade qui contraste totalement avec le reste de leur discographie. C'est beau l'amitié.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte