Partager cet article

«Je ne ressens plus l'envie d'embrasser ma femme, de la serrer dans mes bras, de lui faire l'amour»

Office in a small city, par Edward Hopper  via Wikipedia, Licence CC

Office in a small city, par Edward Hopper via Wikipedia, Licence CC

Cette semaine, Lucile répond à un homme qui, après avoir subi des épreuves très difficiles, semble voir son mariage s'étioler.

«C'est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c'est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes.

Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Pour retrouver les chroniques précédentes

Bientôt 40 ans, je suis en couple avec ma femme depuis quinze ans cette année, marié depuis huit ans, papa de deux enfants, de 5 et 7 ans.

Mes vingt derniers mois ont été compliqués. Difficultés dans ma famille qui, bien que ne me concernant pas directement, m'ont énormément touché, jusqu'à affecter mon humeur, mon engagement et la qualité de mon travail. Insatisfaction professionnelle avec un contexte de travail peu porteur. Et difficultés pour ma femme, chez laquelle une maladie chronique a été découverte, qui a perdu subitement un proche collègue et a vécu son lot de difficultés professionnelles, qui l'ont entraînée dans une dépression, et qui a amorcé il y a quelques mois une psychothérapie.

Nos soirées de 2014 n'ont pas été réjouissantes, nos discussions ayant beaucoup tourné autour des sujets ci-dessus, nous apportant beaucoup de soutien réciproque. Bien sûr, nous avons maintenu notre vie sociale, tant à titre individuel qu'en tant que couple, afin de sortir de ce lourd contexte mais notre vie intime s'en est trouvée affectée, elle aussi. Ma femme et moi avons toujours eu des envies différentes: je suis très tactile, elle pas du tout, je suis plus demandeur qu'elle, j'aime la fantaisie, elle préfère le classicisme. Il faut aussi reconnaître que les enfants limitent parfois les possibilités. C'est un sujet que nous avons déjà abordé, sans pour autant que le compromis trouvé soit satisfaisant, notamment en ce qui me concerne, mais j'ai assumé mon choix, pendant toutes ces années.

Mais au cours de l'année passée, la rareté de ces moments intimes est devenue trop importante, j'ai commencé à les compter (moins d'un rapport par mois au cours du second semestre), j'ai cherché aussi à les provoquer et me suis heurté à des refus, gentils mais fermes. Alors progressivement, j'ai cessé de prendre des initiatives: ma femme reviendrait vers moi quand elle en aurait envie. Nous ne nous couchions plus à la même heure et nous réfugions dans nos petits univers respectifs (qui de la musique, qui un livre, qui une série TV...), qu'on aime retrouver quand il nous arrive d'être seuls. Et il est clair que ni l'un ni l'autre nous n'avons trouvé le ressort ou l'envie de provoquer ces moments à deux pendant lesquels nous aurions pu nous retrouver un peu.

C'est dans ce contexte que j'ai noué des échanges avec une jeune femme, au travers d'un jeu sur Internet, qui elle sortait d'une histoire d'amour achevée dans la douleur. Nous avons commencé à discuter: elle célibataire, moi papa, marié, les choses étaient claires et nous nous sommes progressivement séduits. Ces échanges ont duré près de huit mois, jusqu'à atteindre une très grande intimité et une très grande intensité, sans pour autant nous rencontrer, voir nos visages, connaître nos identités: il s'agissait essentiellement de mots, de messages, d’emails, grâce auxquels je me suis découvert une sensualité, une poésie que je ne me connaissais pas. Nous avons progressivement ressenti l'un pour l'autre des sentiments amoureux, je trouvais avec elle quelque chose que je n'avais plus avec ma femme: de l'envie, de l'amour. Cette relation s'est arrêtée récemment, car aussi loin que nous étions allés, il était inconcevable pour cette jeune femme de rencontrer un homme marié. Je souffre encore de cette rupture.

Cette relation «virtuelle», ses hauts et ses bas, ont eu des effets sur moi et ma vie quotidienne, avec ma femme en particulier: à la rareté des moments intimes s'est ajouté un désintérêt, un éloignement progressif: moins d'échanges, moins de communication. La situation est telle qu'aujourd'hui je ne ressens plus d'envie, plus envie de l'embrasser, de la serrer dans mes bras, de lui faire l'amour. Cette distance n'étant pas soutenable, nous en avons parlé, avec ma femme, et j'ai évoqué particulièrement cette absence de désir que je ressens aujourd'hui, sans pour autant lui parler de cette «relation virtuelle». Nous allons notamment passer un week-end en amoureux, que j'appréhende, au regard de l'absence d'envie que je ressens. Aujourd'hui, je ne sais pas si cette absence d'envie est durable ou éphémère, je ne sais pas à quel point cette relation «virtuelle» m'aura fait fantasmer jusqu'à m'éloigner de ma femme et me réfugier dans cette relation fantasmée que j'ai vécue.

Je m'aperçois que, bien qu'ayant voulu être succinct, j'ai été très long, et que je n'arrive pour autant pas à sortir une problématique claire de mon message, si ce n'est la confusion dans laquelle je suis aujourd'hui.

D.

Cher D.,

Je suis convaincue, principalement grâce à mon expérience en la matière, qu’un couple fonctionnel a pour but de sortir grandi des différentes épreuves de la vie. Je suis d’accord que, d’un côté, il y a le sexe, la complicité, le plaisir à être ensemble mais je crois que ce sont les éléments «faciles» d’une relation. Les enfants, la vie quotidienne, les galères de boulot, les deuils, la maladie font autant partie de la vie qu’ils sont difficiles et nécessaires à partager à deux.

Ensemble, vous avez partagé tout ça. Et puis, un jour, la flamme qui s’était déjà bien fatiguée avec les années, s’est éteinte. Et il me semble que la relation que vous avez noué avec une inconnue sur Internet n’a pas été une raison dans votre mal-être amoureux, mais bien un symptôme. Vous n’êtes pas quelqu’un de trivial qui a cherché du sexe facile sur Internet pour éponger sa frustration. Vous avez juste souffert de la solitude et avez cherché une personnalité bienveillante, et neutre, vers qui vous tourner.

À vous lire, cela semble faire de longs mois que votre couple n’est plus dans la construction et qu’il ressemble plus à deux solitudes côte à côte. Si vous en avez tant souffert, je vous demande d’imaginer la souffrance de votre femme. Non pas pour vous convaincre de recoller des morceaux déjà bien trop abîmés, mais pour vous rappeler le respect dont vous avez déjà fait preuve en partageant, ces derniers temps, les épreuves avec elle. Ce respect, qui existe, il appelle au partage, à la communication, à l’honnêteté.

Vous êtes trop jeune pour vous enfermer dans une vie uniquement par sens du devoir. Et votre femme aussi. Vous méritez tous les deux une seconde chance.

Je crois que ce week-end que vous appelez «amoureux» devrait avant tout être un week-end de partage, un moment pour jouer cartes sur table et pour dire les choses. Y a t-il encore quelque chose à sauver? En avez-vous envie? De quoi avez-vous réellement envie pour vous seul? Et seriez-vous prêt à affronter la solitude éventuelle si vous décidiez que vous n'arrivez plus à (re)construire votre couple? 

J’ai connu il y a quelques années ce fameux week-end qui porte le fantasme qu’en deux jours au vert des mois ou des années de souffrance et de ressentiment peuvent s’évanouir. Le vendredi soir, au milieu du chemin, j’ai refusé de continuer le voyage. Mon corps n’a plus suivi. Ce vendredi soir a marqué la fin de mon mariage, même s'il s’était en réalité fini bien avant. Il m’a pourtant fallu ce symbole pour comprendre et dire les mots «Je ne t’aime plus». Combien me coûtaient pourtant de passer deux jours au bord de la mer avec une personne avec qui j’avais tout partagé? Sur le coup, cela m’a pourtant semblé être la plus terrible des épreuves. Pour lui, pour moi, je ne pouvais plus faire semblant. Ce week-end, qui n’a jamais eu lieu, a été une des étapes les plus décisives de ma vie.

Je vous souhaite, quelle que soit la tournure que prendront les évènements, qu’il le soit pour vous aussi. Parce que c’est ce dont vous avez besoin, de prise de décisions, de laisser une place à l’épanouissement et au bonheur.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte