Sciences

Quelle est la température la plus haute possible?

Temps de lecture : 2 min

En théorie, il n’y a pas de limite à la chaleur. Mais il existe bien un record de température, atteint une seule fois (et qui restera vraisemblablement inégalé).

Nom de la photo / via PixabayCC License by
Nom de la photo / via PixabayCC License by

Dans votre bouilloire, vous dépassez rarement les 100°C. Sur Terre, les records de températures enregistrées tournent autour d’une cinquantaine de degrés (56,7°C dans la Vallée de la mort aux États-Unis en 1913). Le Soleil, de son côté, dépasse les 15 millions de degrés Celsius dans son centre. Mais la réalité physique peut aller bien au-delà de ces températures.

Le site From Quarks to Quasars a essayé de savoir s’il existait une limite à la chaleur (et donc à la vitesse de friction des particules) comme pour le froid. En théorie, la réponse est non.

Big bang

«Arrêter tout mouvement [des molécules] est une chose, mais comment mesurons-nous le mouvement maximum?» s’est demandé le site. Car, pour ce qui est des records de froid, la limite est vite atteinte. La température la plus basse qui puisse exister est le zéro absolu et correspond à environ −273,15 °C. Cette température, qui signale l’absence complète de mouvements des molécules, ne peut être dépassée, c’est une des règles de la physique. Récemment, des chercheurs du MIT ont réussi à créer des «molécules ultrafroides» dont la température a atteint 500*10-9 degrés Kelvins, soit «juste un cheveux au-dessus du zéro absolu, et plus d’un million de fois plus froid que l’espace interstellaire».

Les choses se compliquent de l’autre côté du thermomètre. Pour comprendre ce qui est à l’œuvre, il faut regarder au-dessus de nos têtes, et très loin dans le passé. Pour l’instant, si l’on suit le modèle établi par la physique des particules, la limite correspond à la température de Planck, qui est de 1,417*1032 de degrés Celsius, soit: 142.000.000.000.000.000.000.000.000.000.000 °C. C’est beaucoup. L’univers aurait approché ce chiffre une seule fois dans son histoire, comme le rappelle le site: juste après le Big Bang.

«Les scientifiques estiment que, l’espace d’une fraction de fraction de fraction de seconde après que l’univers a commencé, l’espace-temps a commencé à vibrer, ce qui a entraîné une température de 10.000.000.000.000.000.000.000.000.000 (1027) Kelvins».

Même si cela reste théorique, étant donné que l’univers a continué à se rafraîchir et à grandir depuis, il est fort probable que cet instant infime restera comme le plus chaud jamais atteint.

Newsletters

Les hommes PDG sont mieux payés lorsqu'ils ont des voix profondes et viriles, selon une étude

Les hommes PDG sont mieux payés lorsqu'ils ont des voix profondes et viriles, selon une étude

Les chercheurs ont utilisé une mesure de résonance qui ne varie pas avec l'âge ou les coachings vocaux.

Un phénomène annonciateur d'une extinction de masse est en train de prendre de l'ampleur

Un phénomène annonciateur d'une extinction de masse est en train de prendre de l'ampleur

La prolifération microbienne toxique a prospéré juste avant la fin du Permien-Trias. On la retrouve aujourd'hui au bord de nos cours d'eau.

Les loutres de mer, héroïnes du changement climatique

Les loutres de mer, héroïnes du changement climatique

Le mammifère aux pattes palmées est essentiel à l'équilibre de son environnement.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio