Culture / Économie / France

Ovidie ou le problème de la sodomie dans le porno

Temps de lecture : 2 min

A Berlin 12 juillet 2003. REUTERS/Michaela Rehle
A Berlin 12 juillet 2003. REUTERS/Michaela Rehle

Dans un article sur le site de Métro, dans lequel elle tient une chronique régulière, l'auteure, actrice et réalisatrice Ovidie[1] revient sur la pratique de la sodomie dans l'industrie du film porno, et explique pourquoi cette pratique reste polémique.

Elle explique notamment qu'on ne laisse pas tout à fait le choix aux actrices de la pratique ou non:

«La sodomie, c'est un peu le travail du dimanche pour l’employé lambda: on ne te l’impose pas, mais tu touches des compensations en plus du salaire de base, et on te fait comprendre que si tu veux un poste t’as intérêt à t’y faire.»

Et alors? Quel est le problème avec la sodomie? Ovidie précise:

«On pourrait se dire que c’est super, on brise les tabous, on dédiabolise les pratiques anales, limite on oeuvre pour la libération sexuelle. Ouais, ouais. Ce serait vrai si la sodomie n’était pas toujours présentée comme une pratique rabaissante et de soumission. (...) Normalement c’est une pratique que l’on est censé intégrer dans ses ébats pour avoir plus de plaisir, non? Alors si c’est une pratique de plaisir, pourquoi cela est-il présenté comme une humiliation? Pourquoi ce qui est censé nous faire jouir se transforme en insulte? Le problème est la perspective qu’une pratique de plaisir puisse se transformer progressivement en nouvelle forme d’injonction. Il n’y a qu’à voir le nombre d’articles qui pullulent sur le net du genre «Comment convaincre sa copine de pratiquer la sodomie?» Je n’ai pas de problème avec le fait que l’on représente la sodomie à l’écran. En revanche j’ai un problème avec le fait que cela soit quasi systématique et toujours dans le même sens.

1 — Nous l'avions dans un premier temps présentée exclusivement comme une actrice porno. Ce qui était réducteur comme elle nous l'a fait remarquer, nous corrigons et nous excusons. Retourner à l'article

Slate.fr

Newsletters

On a écouté les 16 heures d'enregistrements diffusés par Radiohead pour contrer un hacker

On a écouté les 16 heures d'enregistrements diffusés par Radiohead pour contrer un hacker

Le groupe anglais Radiohead a choisi d'autoriser le téléchargement de ces sons pour la plupart inédits. Que faut-il retenir de ces «Minidiscs [Hacked]»?

Qui a dit que les artistes francophones ne pouvaient pas s'exporter?

Qui a dit que les artistes francophones ne pouvaient pas s'exporter?

Chanter en français n'est plus un obstacle pour remporter un franc succès à l'étranger.

Button Poetry, l'art et la manière de faire de la poésie dans l'air du temps

Button Poetry, l'art et la manière de faire de la poésie dans l'air du temps

Tandis qu'Amazon déploie un arsenal financier pour soutenir la littérature, le succès de la société de poésie Button Poetry s'intensifie. Sa recette magique? Les réseaux sociaux.

Newsletters