Partager cet article

La Russie va-t-elle ouvrir une enquête pour savoir si les Américains ont bien marché sur la Lune?

Nebraska Moon / Diana Robinson via Flickr CC License By

Nebraska Moon / Diana Robinson via Flickr CC License By

En regrettant que la vidéo originale de l’alunissage ait disparu, le porte-parole d’un comité d’enquête du gouvernement russe serait en fait en train de réagir au Fifagate.

La Russie va-t-elle ouvrir une enquête pour savoir si les astronautes américains de la mission Apollo 11 ont posé pour la première fois un pied sur la Lune le 20 juillet 1969 (le 21 à l'heure française)? Vladimir Markin, porte-parole d’un comité d’enquête du gouvernement russe, a fait savoir dans une tribune mardi publiée dans le journal russe Izvestia qu’une enquête permettrait de faire la lumière sur certains points qui restent selon lui préoccupants.

Comme le relate le Moscow Times, Markin n’affirme pas qu’il pense que les Américains ne sont pas allés sur la Lune mais, soutenant que le vol et le film réalisé sur cet exploit font partie du patrimoine de l’humanité, il regrette (ou fait mine de regretter) que la bande originale du film ait disparu… L’enquête pourrait également expliquer, poursuit l’auteur, pourquoi les quelques 400 kilos de roche lunaire ramenée sur Terre pendant les six missions s’étant déroulées entre 1969 et 1972 ont disparu.

En 2006 la Nasa avait bien admis qu’elle ne retrouvait plus l’original de l’enregistrement vidéo de l’alunissage du 20 juillet 1969 et du premier pas posé par Neil Armstrong sur la surface de la Lune, suivi de Buzz Aldrin.

Complot

En réalité, la bande faisait partie d'un ensemble de 200.000 cassettes magnétiquement effacées et réutilisées pour des raisons d’économie par l’agence spatiale… Mais quelques années plus tard, en 2009, la Nasa précisait qu’elle avait trouvé des copies de bonne qualité dans les archives de la chaîne CBS, et que le film restauré à partir de ce matériau était au final de meilleure qualité que la bande originale.

Bien sûr, à l’époque déjà, les officiels se doutaient qu’un tel scénario rocambolesque (perdre des cassettes, les effacer, les retrouver auprès d’un grand média américain basé à Hollywood) allait alimenter la théorie populaire et récurrente selon laquelle la mission Apollo 11 et les suivantes n’avaient jamais eu lieu. «Les théoriciens du complot croiront ce qu’ils ont envie de croire», lâchait laconiquement un responsable de la Nasa cité par Reuters en 2009.

Quant aux roches ramenées du satellite de la Terre, elles sont pour la majorité d’entre elles stockées au Johnson Space Center, un centre de la Nasa situé au Texas.

Trolling

Faut-il vraiment s'attendre à l'ouverture d'une enquête internationale sous l'égide des autorités russes? En réalité, ce mouvement d'humeur a tout l'air d'être un excellent exemple de «trolling diplomatique», pratique en vogue dont nous vous parlions récemment, qui consiste pour un État ou un de ses représentants éminents à publier sur Internet une information ou à faire un trait d'esprit dans l'unique objectif d'agacer son adversaire et de le faire réagir.

Car l'auteur de la tribune précise ne pas apprécier que «les procureurs américains [se soient] déclarés eux-mêmes les arbitres suprêmes des affaire footballistiques internationales», en référence à l'enquête pour blanchiment et racket qui a abouti à la démission du président de la Fifa, Sepp Blatter. Le 27 mai, les autorités suisses arrêtaient certains des plus hauts responsables de la fédération internationale, agissant au nom du département de la Justice américain. Une initiative qui a manifestement déplu à la Russie, et l'annonce d'une volonté d'ouvrir une enquête sur la mission Apollo 11 pourrait être l'étrange stratégie choisie pour le faire savoir.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte