Sports

[VIDÉO] Quatre joueuses norvégiennes s'amusent des stéréotypes sur le foot féminin

Temps de lecture : 2 min

La télévision publique norvégienne a posté sur YouTube une vidéo où quatre joueuses affirment avec humour qu'elles sont nulles au foot.

La télévision publique norvégienne a posté sur YouTube cette courte vidéo où quatre joueuses norvégiennes –Ingrid Hjelmseth, Trine Rønning, Emilie Haavi et Cathrine Dekkerhus admettent enfin qu'elles sont nulles au foot et qu'elles n'y comprennent rien. Enfin presque.

Comme le raconte SoFoot, dans ce grand moment d'autodérision, tous les stéréotypes y passent: le foot féminin, c'est nul, coordination zéro, terrains trop grands, gardiens en bois, homosexualité et joueuses qui ne connaissent pas la règle du hors-jeu...

Avec en prime nos confessions préférées:

«Mon record, c'est 25 jongles. Avec un ballon de baudruche.»

«Le hors-jeu, c'est que l'on ne peut pas recevoir le ballon derrière... non, devant... attendez. [...] Si je cours d'abord et que je reçois le ballon ensuite... il y a hors-jeu, non? »

«Mes coéquipières sont tombées amoureuses de moi. J'ai paniqué et j'ai dû changer d'équipe. [...] Des lesbiennes partout. Ça grouille.»

«Le but est juste beaucoup trop grand. On devrait être deux.

Voire trois?

Oui.»

Slate.fr

Newsletters

Pourquoi la blessure de LeBron James peut devenir un cauchemar pour la NBA

Pourquoi la blessure de LeBron James peut devenir un cauchemar pour la NBA

Blessé depuis Noël, le meilleur basketteur du monde va devoir vite revenir pour aider son équipe à atteindre les playoffs et les rendre plus attractifs.

Outré par la future «loi anticasseurs»? Les supporters avaient prévenu

Outré par la future «loi anticasseurs»? Les supporters avaient prévenu

Le Premier ministre a prévenu qu'il souhaitait faire adopter une loi «anti-casseurs» calquée sur celles à l'œuvre dans les stades de football. Les avocats spécialisés alertent sur les risques de dérives.

«Elles arrivent toutes en pleurant: de joie, de douleur ou d'être arrivées pour celles qui n’y croyaient pas!»

«Elles arrivent toutes en pleurant: de joie, de douleur ou d'être arrivées pour celles qui n’y croyaient pas!»

«Faire un sujet 100% féminin m'a beaucoup plu ainsi que de n’être presque qu’avec des femmes», raconte Anne-Christine Poujoulat. Cette photographe de l'AFP a suivi le Raid des Alizés 2018, qui s'est tenu du 28 novembre au 5 décembre. Quatre...

Newsletters