Partager cet article

Aux États-Unis, des extrémistes blancs ont tué 228 personnes depuis 1995

Le pistolet de Timothy McVeigh, auteur de l’attentat d’Oklahoma City de 1995 | edward stojakovic via Flickr CC License by

Le pistolet de Timothy McVeigh, auteur de l’attentat d’Oklahoma City de 1995 | edward stojakovic via Flickr CC License by

Depuis l’attentat d’Oklahoma City en 1995, qui a fait 168 morts, 27 attaques à caractère raciste et antigouvernemental ont touché les États-Unis.

Le meurtre de neuf membres noirs de l'église Emanuel African Episcopal Methodist Church à Charleston, en Caroline du Sud, vient s'ajouter à une longue liste d'attaques menées par des extrémistes blancs aux États-Unis ces dernières années.

Depuis que le terroriste antigouvernement Timothy McVeigh a tué 168 personnes en faisant exploser un immeuble fédéral à Oklahoma City en 1995, de nombreux autres extrémistes ont lancé des attaques meurtrières. Celle de Dylann Roof, le suspect principal de la tuerie à l'église de Charleston, est la plus meurtrière depuis 1995. Mais elle n’est pas la seule: depuis 1995, 228 personnes sont mortes dans des attaques perpétrées par des extrémistes blancs avec des idéologies racistes et antigouvernement, les victimes de l’attentat d’Oklahoma City comprises, rapporte Slate.com.

Racisme et paranoïa antigouvernementale

Avant d'ouvrir le feu, Dylann Roof a apparemment proféré des insultes racistes:

«Vous violez nos femmes et vous prenez le contrôle de notre pays. Vous devez partir.»

Et, sur la photo de sa page Facebook, il portait une veste avec le drapeau de l'Afrique du Sud au temps de l'apartheid et celui de la Rhodésie, un régime qui pratiquait aussi la ségrégation raciale.

Ce type de motivation raciste est partagée par de nombreux autres militants violents que l'association antiraciste Southern Law Poverty Center rassemble sous le terme «terroristes américains d'extrême droite». En règle générale, leur idéologie comporte des éléments de racisme, d'homophobie, d'antisémitisme et de paranoïa antigouvernementale.

Rencensement des crimes de haine

Le Southern Law Poverty Center a recensé tous ces crimes de haine et, en vingt ans, il y a eu 27 attaques, qui ont fait 60 victimes:

  • Le 9 octobre 1995, des militants néo-nazis du groupe Sons of Gestapo font dérailler un train en Arizona, ce qui tue une personne.
  • Le 12 avril 1996, Larry Wayne Shoemake, un néo-nazi qui possédait au moins 22 armes à feu, tue un homme noir au hasard à Jackson, dans le Mississippi.
  • Le 27 juillet 1996, Eric Robert Rudolph, qui est affilié au mouvement fondamentaliste Christian Identity (identité chrétienne) tue une personne pendant les Jeux olympiques d'Atlanta.
  • Le 29 janvier 1998, le même Rudolph tue une personne à une clinique d'avortement dans l’Alabama.
  • Le 29 mai 1998, trois militants antigouvernement tuent un policier dans le Colorado.
  • Le 23 octobre 1998, James Charles Kopp tue un docteur spécialisé dans les avortements dans l’État de New York.
  • Le 1er juillet 1999, deux frères liés au mouvement Christian Identity tuent un couple gay en Californie.
  • Du 2 au 5 juillet 1999, le néo-nazi Benjamin Nathaniel Smith parcourt l’Illinois et l’Indiana et y tue un entraîneur de basket noir et un étudiant coréen.
  • Le 10 août 1999, le néo-nazi Buford Furrow tue un immigré des Philippines après avoir ouvert le feu dans un centre communautaire juif en Californie.
  • Le 28 avril 2000, un avocat au chômage qui pense que «les immigrés non blancs» devraient être interdits tue cinq personnes dans la région de Pittsburgh.
  • Le 8 décembre 2003, Steven Bixby, un extrémiste antigouvernement, tue deux officiers de police en Caroline du Sud.
  • Le 24 mai 2004, Wade et Christopher Lay, un père et un fils en lutte contre la «tyrannie du gouvernement», tuent un agent de sécurité dans une banque de l’Oklahoma.
  • Le 21 janvier 2009, le néo-nazi Keith Luke tue deux immigrés dans le Massachusetts.
  • Le 4 avril 2009, Richard Andrew Poplawski, un sympathisant des mouvements suprémacistes blancs, tue trois policiers à Pittsburgh.
  • Le 25 avril 2009, Joshua Cartwright, un homme violemment anti-Obama et antigouvernement, tue deux policiers en Floride.
  • Le 30 mai 2009, trois militants anti-immigrés proche du mouvement des Minutemen tuent un homme latino-américain et sa fille de 9 ans en Arizona.
  • Le 31 mai 2009, Scott Roder tue le docteur George Tiller, un médecin spécialisé dans les avortements, au Texas.
  • Le 10 juin 2009, un suprémaciste blanc tue un agent de sécurité au musée de la l'Holocauste à Washington.
  • Le 18 février 2010, Joseph Andrew Stack fait écraser son avion sur un bâtiment de l'IRS, l'agence de collecte des impôts, au Texas. Une personne est tuée.
  • Le 20 mai 2010, Jerry et Joseph Kane, deux militants antigouvernement, tuent deux policiers dans l'Arkansas.
  • Du 26 septembre au 3 octobre 2011, deux suprémacistes blancs tuent quatre personnes, dont un noir en Californie et un homme qu'ils pensent être juif.
  • Le 5 août 2012, un suprémaciste blanc tue six personnes dans un temple sikh dans le Wisconsin. 
  • Le 16 août 2012, deux sympathisants de mouvements antigouvernement tuent deux policiers en Louisiane. 
  • Le 4 septembre 2012, Christopher Lacy, un sympathisant des mouvements antigouvernement Sovereign Citizen (citoyens souverains) tue un agent de police en Californie.
  • Le 13 avril 2014, un militant du Ku Klux Klan tue trois personnes près d'un centre communautaire juif dans le Kansas. 
  • Le 8 juin 2014, Jerad et Amanda Miller, deux militants racistes et antigouvernement, tuent deux officiers de police et un client chez Walmart, à Las Vegas, dans le Nevada.
  • Le 17 juin 2015, Dylann Roof est suspecté d'avoir tué neuf personnes dans une église noire de Charleston.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte