Partager cet article

Airbnb prévoit 10 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2020

Site Airbnb.

Site Airbnb.

La location d’appartements entre particuliers permet à l’ancienne start-up qu’est Airbnb d’engranger des gains gigantesques.

Le temps des «licornes», ces entreprises de la Silicon Valley valorisées à 1 milliard de dollars ou plus, semble déjà loin. La valeur estimée de certaines a explosé au point qu’on parle désormais de «décacornes» pour celles qui dépassent les 10 milliards de dollars. Airbnb, quant à elle, mériterait une catégorie à part, puisque, à l’issue d’une nouvelle levée de fonds en cours, la place de marché en ligne de la location d’appartements entre particuliers serait valorisé à 24 milliards de dollars.

Pourquoi tant d’argent? Tout simplement parce que ses gains sont gigantesques. Selon le Wall Street Journal, le site pourrait réaliser cette année 900 millions de dollars de chiffre d’affaires (il en réalisait déjà 250 millions en 2013). Il s’agit de projections faites par les responsables de l’entreprise et montrées à des analystes et potentiels investisseurs, précise le quotidien financier. Selon les mêmes projections, ce chiffre atteindrait... 10 milliards de dollars à l’horizon 2020.

Ère touristique

La valorisation d’Airbnb aurait donc déjà dépassé celle du premier groupe hôtelier au monde, Marriott (21 milliards de dollars), mais pas encore celle du site de réservation Priceline, valorisé toujours selon le WSJ autour de 61 milliards (pour un chiffre d’affaires attendu de 9 milliards, soit dix fois celui d’Airbnb).

La question est: Airbnb peut-elle encore aller plus loin? Oui, selon un analyste financier, qui assure dans le WSJ que nous ne sommes qu’aux débuts de l’ère touristique où les voyageurs envisagent le site pour leur prochain séjour.

Mais l’ancienne start-up créée en 2008 pourrait être mise en difficulté sur deux fronts. D’abord sur le front juridique, puisque des municipalités comme New York, Paris, Berlin, toutes d’énormes marchés du site, ont déjà restreint les marges de manœuvre d’Airbnb sous le prétexte d’une concurrence déloyale au secteur hôtelier –équivalent dans l’immobilier de l’affrontement entre taxis traditionnels et nouveaux acteurs pure-player comme Uber. Ensuite, le marché évolue rapidement et des sites pour l’instant cantonnés à un rôle de réservation comptent bien s’installer sur le marché de la location elle-même. Pas sûr que cela suffise pour freiner l'ambition d'Airbnb d'être la première hecatocorne au monde.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte